Il y’a un peu plus d’un an, Appleton & Velier s’associaient pour nous proposer les premiers rhums de l’illustre distillerie Jamaïcaine en mode Pure Single Rum (100% pot still) à haut degrés d’alcool. Lors de la sélection de ces rhums, une photo de Luca et Joy avait fuité sur laquelle on pouvait voir un sample avec un « 1984 » inscrit sur l’étiquette…. Nous y voici donc, la Appleton Estate Hearts Collection part II arrive avec ce millésime 1984 et un plus jeune de 2003 !

Et cette fois ci, c’est le grand écart niveau âges proposés, nous avons droit au plus vieux (37 ans) et au plus jeune (18 ans) de la Heart collection, entièrement passé en Jamaïque. Niveau alcool, Appleton a réduit les deux à 63%.

9 fûts de 1984 auront été assemblés et 20 fûts de 2003.

Et comme l’année passé, nous avons eu droit à un joli colis comprenant deux samples « VSGB » de 10 cl, offerts gracieusement. Le tout afin d’assister à une master class en ligne où nous allons déguster et discuter de tout cela. Grand merci !

Première interrogation, avant même d’avoir dégusté quoi que ce soit, un énigmatique « Mit Farbstoff » sur l’étiquette arrière. En gros, et en allemand, il y a un ajout de colorant… et cela m’étonne assez vu qu’il s’agit d’une petite série.

Autant sur des gros volumes d’appleton 12-15 je peux comprendre l’envie de standardiser la couleur entre les différents batch, autant ici je n’en vois pas trop l’intérêt.

J’ai donc posé la question à Joy lors de la masterclass et j’ai eu droit à un tout aussi énigmatique « rien n’est fait dans ce sens chez nous…. » Nous n’en saurons donc pas plus😅

Appleton 1984 – 2021 63%

37 ans de vieillissement sous les tropiques, ça en fait un paquet d’années et cela me fait craindre le pire niveau boisé… Serons nous plus proche d’une « eau de vie de cure dents » que d’un rhum ? Nous verrons bien mais en tous cas, quelle prouesse d’arriver à maintenir des rhums aussi longtemps en fûts.

A noter que les fûts sont ouillés avec le temps afin de garder un certain niveau.

Nez

Le nez nous offre un beau côté gras, gourmand et chaleureux. On navigue entre le caramel brûlé, la réglisse, l’orange sanguine, le cuir, la vanille, le chocolat noir amère, les agrumes, la banane, le camphre, le clou de girofle, les fruits secs et le tabac.

Les 63% sont hypers fondus à l’ensemble, c’est vraiment très sweet et agréable même si on sent que le boisé risque de prendre pas mal de place pour la suite.

B(o)uche

Craintes et doutes confirmés, le boisé prend totalement le dessus et nous avons droit à une très grosse amertume, du gros chocolat noir amère, du tabac, du cuir, des fruits secs, du caoutchouc brûlé et une pointe d’agrumes…

Cela est vraiment très marqué, avec un alcool par contre très bien intégré… mais quel boisé, vraiment c’est rude 🙁

J’imagine que l’oxydation et/ou l’ajout d’eau etc joueront là dessus, mais en attendant, c’est vraiment difficile à appréhender ainsi.

Prix

A confirmer mais cela ne devrait pas être donné.

Conclusion

Comme nous l’a dit Max Righi, déguster un rhum si vieux est toujours un moment relativement magique… En effet, imaginer qu’ il y a 37 ans, plusieurs personnes ont mis au monde ce rhum et que nous sommes tranquillement en train de le déguster aujourd’hui est toujours quelque chose de touchant.

Néanmoins, ce moment n’en reste pas moins un moment très boisé….trop boisé en fait. Autant le nez est très sympathique, autant la bouche ne m’apporte pas trop de plaisir tellement ce boisé prend le dessus.

Question de profil ou de goût, moi personnellement ce 1984 ne me laissera malheureusement pas un très grand souvenir.

Score

74/100

Appleton 2003 – 2021 63%

Nez

Plus frais que le 1984, plus vif aussi, ce dernier nous offre un beau fruité, de belles oranges sanguines, quelques notes plus herbacées, de l’ananas, de la banane verte, un gros caramel, de la vanille et un boisé bien plus discret mais tout de même présent.

Par contre, les 63% semblent moins fondus et le profil plus « sharp » que le 1984. Nez plaisant, bien fruité mais légèrement fougueux donc.

Bouche

Vive, on retrouve les notes fruitées détectées au nez mais recouvertes d’un bon gros boisé aussi. Même si celui ci ne recouvre pas totalement tout le rhum, il est tout de même bien marqué. Après, le rhum à tout de même 18 ans d’âge sous les tropiques, l’inverse aurait été étonnant.

L’ananas enrobé de caramel et l’orange sanguine côtoient le chocolat noir, la vanille, les fruits secs et le tabac, sur un alcool assez mis en avant.

Mais je préfère vraiment ce profil au 1984, même si la finale « bois mouillé » me gâche un peu le plaisir.

Prix

A confirmer mais cela ne devrait pas être donné.

Conclusion

Bien plus à mon goût, cet Appleton 2003 manque par contre d’intégration. L’alcool pique légèrement, je pense que quelques degrés de moins auraient probablement apportés un meilleur plaisir de dégustation.

À conseiller aux personnes qui aiment que ça chatouille et qui ne sont pas dérangées par un boisé marqué.

Score

86/100


Un grand merci à Velier et Appleton pour le press kit et la masterclass, et désolé de ne pas avoir été fan…. Mais je reste persuadé que rester honnête, même en cas de cadeau reste la clé de ce genre de site web.

N’en déplaise à certains, je tente de rester le plus objectif possible et de temps en temps cela peut paraître prétentieux ou irrespectueux, mais ce n’est en aucun cas…le cas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.