Retour en France, dans la région de l’Armagnac et de la Bourgogne avec quelques eaux de vies de raisins de chez Lassalle Baqué et Authentic Spirits. Deux visions différentes de cette eaux de vie au final vu que LB Armagnac est plus un producteur/distillateur et Aurelien de chez Authentic Spirits un dénicheur de petites « crasses » 🙂

Et au menu de ce linup, trois armagnacs millésimés 1964-1989-1990 ainsi qu’une Fine de Bourgogne 2007… Première fois que je déguste ce spiritueux, merci pour l’opportunité de découvrir cela !

LB Armagnac 1964 – 41%

Nez

Nez très gourmand, beurré, fruité, finement boisé, légèrement terreux, ferreux, vanillé… et un côté chic au rhum. Les fruits sont bien confits, le tabac et le chocolat présents et l’alcool bien intégré.

Très élégant et une très belle gourmandise, top pour commencer mon linup ça 😋

Bouche

Douce, chaleureuse, on resent le boisé qui vient nous apporter une touche de tabac, de chêne, de chocolat au lait et d’oranges confites.

C’est bien gras, gourmand et très fin, j’aime beaucoup même si la longueur, plutôt caramélisée/chocolatée, n’est pas exceptionnelle. Les 41% sont très accessible du coup.

Prix

?

Conclusion

Très bel armagnac, vraiment une belle découverte. Le boisé est présent mais ne prend pas trop le dessus, il nous laisse une belle gourmandise fruitées.

Note

87/100

LB Armagnac 1990- 43%

Nez

Nous avons droit ici à un nez légérement plus vif, plus frais aussi proposant toujours un fin boisé alié au caramel, chocolat et au fruité, mais avec un voile plus mentholé et fleuri je dirais.

Les fruits semblent moins cuits, plus jeunes et lorgnant sur les agrumes et les fruits à chaire jaune.

Bouche

L’entrée en bouche a plus de peps et nous présente un boisé plus présent sur le chocolat noir, la vanille, le tabac et les pruneaux ou autres dattes.

La finale est plus asséchante et empyreumatique sans que cela ne soit de trop.

Prix

?

Conclusion

Le nez est plus frais et la bouche plus sombre que le 1964, étonnant mais j’aime assez bien cette dualité en fait… bon après, ça reste assez fin, on est pas sur le citron vert au nez et l’eau de vie de cure dents en bouche bien entendu.

Note

88/100

Bas Armagnac 1989 – Authentic Spirits – 44.9%

Pour notre 1ère sélection, nous nous sommes rendus au Domaine de Baraillon, exploité par la famille Claverie depuis 1748. Il est situé à Lannemaignan, dans la meilleure région du Bas-Armagnac, aux confins du Gers et des Landes. Parmi les nombreux millésimes proposés par le domaine, nous avons eu un coup de cœur pour un fût unique du millésime 1989, jamais commercialisé, issu de la distillation du cépage Folle Blanche. Ce single cask, brut de fût à 44,9%, a donné 288 bouteilles.

Nez

Alors ça fait quelques temps que je ne parle plus de la couleur, mais ici on va en parler un peu car elle est ici tout simplement superbe. Un tres bel acajou profond et cuivré… vraiment top.

Bon c’est pas tout ça, mais le nez il donne quoi ? Hé bien il se veut très gourmand, profond, chocolaté, caramélisé, beurré, pâtissier, brioché, boisé avec de belles notes orangées, de pruneaux, accompagnés d’une pointe plus acidulées et légèrement terreuses.

Bouche

La bouche est chaude, gourmande, torréfiée, sur les agrumes encore, les pruneux, les fruits secs, le tabac, les chocolat noir amère.

L’alcool est vraiment bien intégré et apporte un certain peps en fin de bouche, avec une longue finale finement boisée et amère.

Prix

149€

Conclusion

Alors ça, c’est vraiment très bon… les 32 ans de viellissement continental ne l’auront pas transformé en jus de bois, c’est très fondu, équilibré, j’aime beaucoup !

Cet armagnac, derrière ces airs plus « fermiers » n’en est pas moins très élégant et équilibré… Bravo !

Note

91/100

Fine de Bourgogne 2007 – Authentic Spirits – 40.1%

Fine de Bourgogne, jamais entendu parler mais en demandant à mon pote wikipedia, il semblerait qu’on soit dans le même trip qu’un Cognac/Armagnac, à savoir un vin distillé, plus précisément, des lies fines provenant des soutirages des vins. Merci Wiki donc 🙂

Issu du domaine Naigeon,ce spiriteux a été distillé en 2007 et mis en bouteille en 2021 à 40.1% d’alcool.

Nez

Waw, assez atypique en fait, ça sent bien le nougat, l’amande et le pop corn… oui je sais, c’est spécial mais c’est ce qui me vient directement en tête.

Derrière cela, on retrouve des arômes plus vanillés, légèrement boisés, briochés avec quelques fruits secs enrobés de caramel ainsi que finement boisé.

Très intriguant, mais foutrement bien foutu !

Bouche

Les 40% ne sont pas plats dutout, le peps est là, la gourmandise du nougat, vanille, caramel et maïs est toujours là… cela à un côté limite bourbon en fait. En sachant qu’on part du vin, c’est plutôt étrange mais à l’aveugle, je tombe clairement de la panneau.

La finale rappelle quelque peut le raisin sec, le chocolat au lait et le tabac blond.

Prix

69€

Conclusion

Très beau spiritueux pour un rapport qualité/prix très intéressant… c’est très gourmand, classe et complexe.

Si quelqu’un veut aller voir ce qui se passe ailleurs que dans le monde du rhum par exemple, voila une piste qui peut être très sympa.

Note

88/100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.