Interview

Steffen Mayer

Le monde du rhum fourmille de passionnés en tous genre, allant du « simple » amateur en passant par l’acharné des réseau sociaux, le collectionneur, le spéculateur du dimanche, le bloggeur qui suce des bi*** ou encore un peu de tout cela à la fois 🙂 Certains sont tellement pris par cette aventure que leur vie prend un virage qu’ils n’avaient probablement pas vu venir…

Aujourd’hui, je vous propose l’interview d’un de ceux là, Steffen Mayer et sa passion débordante pour la distillerie fermée de l’île de Trinidad: Caroni.

Bonjour Steffen, peux tu te présenter ?

Je m’appelle Steffen Mayer, certaines personnes me connaissent par mon synonyme «Stefano Caroni» sur Facebook. Je vis dans un petit village dans les montagnes; la région s’appelle Allgäu en Allemagne.

J’avais l’habitude de faire beaucoup de sport, j’étais indépendant et travaillais beaucoup. Ma maxime dans la vie était « toujours mieux, toujours plus vite, toujours plus …« . En conséquence, la charge de travail est devenue trop lourde, mon entreprise s’est effondrée et beaucoup de choses dans ma vie ont changé.

Après une période temporairement difficile, le changement le plus important a finalement été la prise de conscience de changer mon point de vue et de ralentir ma vie. Les priorités de ma vie ont dès lors changé.

Par exemple, ces dernières années, je n’ai fait que des recherches sur le rhum Caroni. Je fais cela avec beaucoup d’engagement et je souhaite publier le livre pour partager cette passion.

Avant d’évoquer ce livre, pourriez-vous nous dire comment cette passion pour le rhum et Caroni est née?

Une fois que vous vous êtes rendu compte qu’avoir du temps est la meilleure chose dans la vie et que vous commencez à profiter de celle ci, vous essayez de la rendre aussi confortable que possible et qu’est-ce qui pourrait rendre la fin de la journée plus agréable qu’un bon verre de rhum ?

Au début, mon premier verre de rhum en 2015 était le 20e anniversaire de Plantation Barbados XO. L’année suivante, j’ai bu mon premier Caroni. C’était un Bristol Caroni 1996. J’étais très enthousiaste et j’ai voulu en savoir plus sur ce rhum.

Concernant le livre, pourquoi et quand avez-vous décidé d’écrire quelque chose sur cette légendaire distillerie fermée?

Au cours de mes recherches sur Caroni, j’ai découvert qu’il existe de nombreuses déclarations contradictoires. En 2017, j’ai acheté quelques bouteilles de Caroni à Jens Gehlert (Limited-Whisky.de) et j’ai ensuite été les récupérer personnellement. Sur place, j’ai eu un très longue conversation sur ces différentes déclaration avec lui.

Je lui ai parlé de l’idée d’écrire un livre à ce sujet. Jens était éditeur et il m’a vraiment encouragé à écrire un livre sur Caroni. Depuis, il n’y a pas un jour sans que je fasse des recherches sur la distillerie.

Il semble que ce livre soit une profonde analyse de la distillerie, comment celui ci sera découpé ?

Dans le premier chapitre de mon livre Caroni, vous trouverez toutes les informations sur l’histoire de Trinidad, l’histoire de la canne à sucre, l’industrie derrière et son déclin, l’histoire de la distillerie Caroni et ce qui s’est passé après sa fermeture.

Le deuxième chapitre explique comment le Caroni Rum a été fabriqué et ce qui le rend unique.

Dans les chapitres suivants, vous trouverez tout sur les embouteillages historiques pour le marché local, de nombreuses informations supplémentaires sur les embouteillages Velier, des photos de toutes les bouteilles des embouteilleurs indépendants avec leur histoire et tout ce que vous devez savoir sur les bouteilles. Et bien plus encore …

Êtes-vous déjà allé à Trinidad? Avez-vous interviewé d’anciens employés ou des fans trinidiens de cette distillerie fermée?

En fait, je devais aller là-bas en avril 2020 mais en raison de la pandémie mondiale, le voyage a été annulé. Cela a été une grande déception pour moi. Néanmoins, j’ai pu mener de nombreux entretiens avec d’anciens employés à des postes clés de la distillerie Caroni et avec de nombreux autres experts.

J’étais également très intéressé par la littérature ancienne sur le rhum. La plupart de la littérature était en anglais. J’ai traduit des passages entiers avant de les relire, car ce n’est pas ma langue maternelle. J’ai pris conscience de l’importance de la langue pour une bonne compréhension et j’ai décidé de rendre le livre Caroni multilingue. Pour cette raison, je vais faire traduire mon livre de l’allemand vers l’anglais, le français et l’italien.

Malheureusement, il n’est actuellement pas possible de voyager à Trinidad et je dois attendre la réouverture des frontières. Sans avoir été là, je ne peux pas terminer ce projet.

Que pensez-vous de l’énorme buzz entourant ce rhum?

J’écris un livre sur le rhum Caroni, cela me semble être la meilleure réponse à donner à cette question 🙂

Il y aura t il de grandes révélations, allez-vous défaire certaines vérités légendaires? Avez-vous eu de grandes informations inconnues sur la distillerie, la clôture, la vente aux enchères de l’ancien stock, etc.?

Pour autant que nous sachions aujourd’hui, il y a peu d’informations sur Caroni. En effet, la distillerie Caroni était « insignifiante » dans le monde du rhum avant d’être redécouverte par Luca Gargano après la fermeture.

La plupart des histoires qui circulent sur Internet aujourd’hui sont des spéculations sauvages basées sur des demi-vérités. Mon livre est basé sur des faits bien réels. Le lecteur obtiendra bien plus d’informations qu’il ne l’espérait. Tout sur la fermentation, jusqu’à quelle levure a été utilisée à Caroni.

Quelles influences le rhum a-t-il subies et avec quelles méthodes de distillation a-t-il été fabriqué? Quels marks ont été produits en plus du LTR et du HTR et comment ont-elles été fabriquées? Y a-t-il des bouteilles avec de mauvaises marques ou d’autres fausses informations? Qu’est-il arrivé aux plus de 18.000 fûts etc etc… ce sera très complet !

En termes de Caroni, quels sont vos préférés?

En général, je tiens à souligner qu’aujourd’hui je ne bois que des types de rhums sans additifs. Je ne voudrais pas non plus boire de ron solera.

Je préfère boire du rhum tropical Caroni. Pour moi, ce sont les rhums les plus honnêtes car les fûts ne sont pas passés par plusieurs mains. Vous pouvez être sûr de l’origine du rhum et de ce que vous avez dans votre verre. Néanmoins, je suis également ouvert à d’autres rhums Caroni.

En général, j’aime boire les plus sales, comme le « No Smoking« .

Qu’en est-il du stock d’angostura? Nous avons vu un TDL 2001 de Rum Artesanal qui ressemble légèrement à un Caroni … Avez-vous des informations sur les fûts Caroni de l’ère 2001-2002?

C’est une question très excitante. La première chose que je veux expliquer est la différence entre Angostura et TDL (Trinidad Distillers Limited), car celle-ci ne semble pas claire pour beaucoup.

Angostura est une société de production de rhum à Trinidad et TDL l’un des plus grands courtiers internationaux en rhum appartenant au groupe Angostura.

Cela explique également pourquoi la plupart des rhums vendus par TDL proviennent d’Angostura. Mais cela ne veut pas dire que TDL ne vend pas de rhum d’autres distilleries.

Il m’est donc incompréhensible que TDL soit étiqueté comme une marque de rhum sur une bouteille. Vous n’écrivez pas de rhum de E&A Scheer, Holland ou de rhum de The Main Rum Company, Royaume-Uni sur l’étiquette de la bouteille.

TDL est un courtier et c’est la raison pour laquelle TDL a acheté « quelques » barils de RDTT (Rum Distillers of Trinidad & Tabago) avec Caroni Rum. Sur la bouteille de Rum Artesanal que vous avez mentionnée, T.D.L est répertoriée comme une marque et c’est une question légitime, je pense, de remettre en question ce qu’il y a réellement dans la bouteille. Le rhum ne correspond certainement pas au profil gustatif d’un rhum Angostura, que je connais à ce jour.

L’analyse en laboratoire que Luca a faite pour moi et dont nous avons suffisamment discuté montre cependant aussi que le rhum a un profil différent des millésimes Caroni que nous connaissons de 1974 à 2000. Pour moi, ce rhum a plus de parallèles avec un Caroni qu’avec un rhum Angostura.

Fin 2020, le premier rhum Caroni de l’année de distillation 2002 par Bar Milestone du Japon est apparu. Je vous en ai envoyé un échantillon et je suis curieux de voir quels conclusions vous en tirerez.

Luca Gargano est, avec quelques autres, celui qui a placé Caroni si haut dans le monde du rhum. Que pense-t-il de ce livre à venir? Est-ce qu’il vous aide avec certains documents, etc.? John Barrett aussi?

J’ai mené un long entretien par vidéoconférence avec Luca lors du premier confinement au printemps 2020 et lui ai rendu visite à Gênes en septembre 2020. Ce que j’ai pu y vivre était incroyable pour un passionné de Caroni comme moi.

Luca m’a donné 4 jours de son temps, il a fait attendre beaucoup de monde pour philosopher avec moi sur le sujet de Caroni. Par moments, j’étais gêné quand j’ai réalisé qu’une réunion de travail l’attendait depuis une heure et Luca a insisté pour que notre conversation se termine.

Je n’oublierai jamais le premier jour où il m’a tendu un dossier bleu et m’a dit: «Voici toute la correspondance avec Rudy Moore, vous pouvez en prendre des photos. Mais avant tout, je vais vous donner toutes les factures des barils Caroni que j’ai achetés« .

Luca m’a raconté des histoires et j’ai demandé 3 fois: «Puis-je vraiment écrire à ce sujet?» Et il a juste dit: « Bien sûr, c’est la vérité !. » Je ne peux que m’incliner devant l’ouverture d’esprit de Lucas. Luca est toujours disponible pour moi et me soutient beaucoup dans mes recherches.

J’ai contacté John Barrett très tôt en 2018 car j’ai reçu son adresse e-mail. À cette époque, je n’avais pas autant d’expertise et de connaissances détaillées sur Caroni qu’aujourd’hui. En tout cas, il a refusé l’entretien à cause d’un argument que je ne comprenais pas. J’ai essayé d’obtenir des informations de lui par le biais de diverses personnes dans son environnement, parfois même sans qu’il sache que la question venait de moi – la plupart du temps il n’y avait pas de réponse ou il l’a rejetée comme une question de fanatiques.

Dans l’ensemble, je soutiens que John Barrett est une personne très introvertie qui n’aime pas répondre aux questions sur ses embouteillages. Pourtant, je suis convaincu que je lui rendrai visite cette année.

Avez-vous réussi à contacter Rudy Moore?

Oui j’ai effectivement réussi à le joindre. Depuis 2004, Rudy Moore est PDG de RDTT, la société qui succède à la distillerie Caroni. Il a joué un rôle déterminant dans la façon dont les choses se passaient avec la distillerie Caroni, fermée en 2003, et a été un interlocuteur important.

Dernière question, il y aurait il un intérêt à reconstruire quelque chose à Caroni? Une nouvelle distillerie avec la même pratique qu’avant?

Je n’en ai pas entendu parler et pour diverses raisons, je pense que c’est peu probable. Le plus évident est qu’il n’y a plus d’industrie de la canne à sucre à Trinidad et que la mélasse devrait être importée et donc ne plus correspondre à l’original.

De plus, les rhums que nous buvons aujourd’hui ont tous environ 20 ans et plus. En tant qu’investisseur, vous avez besoin de beaucoup de persévérance pour ramener un tel produit sur le marché.

Il y a quelques autres raisons qui s’y opposent, que je vais révéler dans mon livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *