Interview

Luca Gargano II

Lors de l’article sur les réductions, j’avais posé des questions à plusieurs intervenants dans le monde du rhum, dont Luca Gargano, emblématique patron de Velier… Sans réponse de sa part, l’homme étant des plus occupé, je n’avais pas trop insisté de peur de déranger.

Jusqu’à ce 29 mars où je le relance pour avoir des infos sur ses nouveautés 2020 et là, il me propose de m’appeler pour parler de…. réduction et de vieillissement. Papoter avec lui étant toujours un grand plaisir, je ne me pose pas trop de questions et je lui demande le moment où il veut faire cela… réponse: maintenant 🙂

Donc me voici à conduire une petite interview « express » avec Luca Gargano au téléphone pour la deuxième fois, je vous propose donc le récit de cette charmante discussion.

Les réductions et le vieillissement

Bonjour Luca, avant tout, comment vas tu ?

Ho ça va, je suis dans mon bureau… nous étions en train de déménager le siège de Velier, mais avec le confinement, les ouvriers sont partis et donc je n’ai plus l’ancien bureau et pas encore totalement le nouveau en fait.

Les employés ne sont pas là non plus, l’endroit est magnifique et psychologiquement je veux être là…. Je paierais pour travailler, tellement j’aime ça.

Concernant les réductions, j’ai déjà fait un article mais ton avis est toujours intéressant évidemment !

Oui je viens de voir, ça date mais allons y… Pour moi, le plus important est la réduction lors de la mise en fût en fait.

C’est l’entrée en fût le plus important…Dans le passé, pour une question d’espace, tous les rhums étaient mis en fût à très haut degrés, dans les 80-85% d’alcool. Chez Caroni, Demerara Distillers etc, ils faisaient tous ça…

Et quand les rhums ont commencé à être reconnu comme une eau de vie de très grande qualité, la règle à légèrement changé. Le rhum était mis en 66% dans le fût.

Dans les derniers temps, les meilleurs distillateurs au monde réduisent encore un peu plus, dans les 55%-60%.

Mais c’est cette réduction la plus importante car c’est elle qui va définir toute la suite…. Après cela, la réduction pour la mise en bouteille doit se faire lentement comme tu le sais, mais le produit est déjà réduit avant cela.

Bien entendu après nous avons tout se qu’il se passe dans le fût… quel type de fût, est ce que tu fais de l’ouillage, si c’est un nouveaux fût ou pas etc.

Donc au final, l’embouteilleur indépendant ne saura pas faire grand chose … il va bien sûr réduire son rhum comme il le souhaite, mais c’est surtout le distillateur qui va décider en amont.

Dans mon cas, pour Rhum Rhum et ma distillerie de Port au Prince, je mets en fût à 66%.

Cela dépend un peu aussi du type de fût utilisé non ?

Exactement, à Port au Prince, mon rêve est de mettre en vieillissement dans mes propres fûts par exemple… pas des ex bourbon ou des ex quelque chose, mes propres fûts de rhum.

Mais pour ça, évidement ça prend assez bien de temps et d’argent car quand je reçois mes nouveaux fûts, je dois mettre du rhum blanc dedans durant un mois.

Ensuite un nouveau rhum blanc durant 3-4 mois et ainsi de suite durant quelques passages de plus en plus long… et finalement remettre du rhum blanc mais pour plus longtemps afin de préparer le fût.

Et donc avec ça, j’aurai du Providence vieilli intégralement dans un fût « ex Providence »… et là ce serait magnifique.

Maggie Campbell m’a expliqué qu’elle mettait aussi du rhum à vieillir dans leurs propres fûts chez Privateer …

Haaa tu as parlé à Maggie ? C’est quelqu’un hein ?

Oui oui, très chouette personne que je ne connaissais pas du-tout, ni Privateer d’ailleurs. Découvert grâce à un poste de Kate Perry sur ton nouveau Habitation Velier.

Oui, Privateer c’est encore très jeune en fait… j’ai rencontré Maggie car, comme tu le sais, j’importe aussi des vins, les triple A.

Et Maggie est « Master of Wine », donc nous en sommes naturellement venu à nous rencontrer, nous avons bu de bons vins, de bons rhums et finalement discuté de sélections de fûts pour Velier et Habitation Velier chez Privateer. Elle partage les mêmes philosophies que moi pour la distillation et le vin.

Nous allons donc avoir des rhums Privateer pour la première fois en Europe…


Nous voici donc arrivé au moment où nous allons évoquer les nouveautés, et le moins que l’on puisse dire est qu’il va y en avoir un paquet ! Et entre les désormais classiques, dirons nous, 2 grandes nouveautés 100% exclusives !

En parlant de Privateer, pourrions nous faire un petit tour des nouveautés que tu nous prépare pour 2020 ?

Oui bien sûr… tu sais moi, je suis un peu comme Messner… Tu connais Reinhold Messner ?

C’est l’alpiniste qui à chaque nouveau sommet veut escalader un autre plus compliqué… moi je suis un peu comme lui, il me faut des nouveaux challenges et là cette année, il va y avoir 2 choses magnifiques !

La première est un embouteillage que personne n’a jamais fait… Je vais sortir 3 Appleton officiels des millésimes 19941995 et 1999, 100% pot still dans ma bouteille noire.

Il y a déjà eu des embouteillages pour d’autres personnes, j’ai d’ailleurs dans ma collection une bouteille Appleton pour un bar au état-unis, mais ce n’était pas 100% potstill.

La seconde grande nouvelles concerne mon ami de cœur dans le monde du rhum, Gregory Neisson !

J’ai réussi à le convaincre d’embouteiller du Neisson dans ma bouteille noire aussi… Enfin, j’ai réussi à le convaincre lui et sa mère, qui elle n’était pas très d’accord au début 🙂

C’est pour moi un véritable honneur que l’un des meilleurs distillateurs au monde veuille bien faire cela avec moi.

Cela va être des jeunes Neisson, ce sera trois 2016 vieillis dans 3 petits chais différents au Carbet, mais avec 3 taux d’humidité, d’hydrométrie etc propres à eux… Nous allons mettre toutes ces données sur les 3 bouteilles afin de bien montrer les différences qu’il peut y avoir, même avec 50 mètres de distance.

Là où des gens pensent encore que des Hampden vieillis à Liverpool sont les mêmes qu’en Jamaïque, ce sera une belle expérience.

Par contre, je n’ai pas fait la même erreur qu’avec mes Monymusk de chez Scheer. Je n’avais pas trop pensé que les passionnés du rhum voudraient les déguster tous les 4, et du coup c’était vraiment investir une grosse somme.

Nous allons donc faire 3 bouteilles noires de 70 cl mais aussi 3 bouteilles noires de 20 cl. Ainsi ce sera plus simple pour faire découvrir cela à tous les passionnés

Ici, c’est la première fois que nous allons avoir un vrai Appleton 100% pot still et la première fois que Neisson ne va pas embouteiller dans une bouteille Zepol Karé …

Haaa bien ça, vraiment une belle nouvelle pour tous les amateurs ! Mais dis moi, j’ai cru voir aussi d’autres nouveautés non ?

Mais tu sais mieux les choses que moi il me semble, tu devrais travailler chez Velier !

Oui, ce mercredi 1er avril va sortir le nouveau Foursquare Plenipotenziario de Richard et nous allons avoir un nouveau Hampden de 8 ans aussi.

Il y aura en plus 3 villa Paradisetto dans la bouteille noire classique: un Monymusk 2007, un Chamarel 2013 et le Privateer ..

Nous allons sortir les vieux Sajous vieillis en fûts qui sont en train de devenir de vrais rhums vieux, ils ont déjà plus que 4 ans tu sais.

D’ailleurs ces rhums sont mis en fût à 55% par exemple, pour revenir à notre discussion de tantôt.

Le rhum blanc Providence sera également mis en vente… C’est le rhum que je fais à Port au Prince, distillé par Herbert Linge de Barbancourt dans des alambics Muller. C’est le dernier de la lignée des Barbancourt et c’est un honneur de l’avoir avec moi dans cette aventure.

Après cela, il y aura des single cask Hampden, en embouteillage officiel et non Habitation Velier, avec les 4 plus vieux fûts de 10 ans et quelques single cask pour des clients, des bars etc …

Et les Caroni ?

Non, il n’y aura pas de nouveaux single cask Caroni tout de suite… nous allons avoir les 2 nouveaux Employees par contre.

Et pour terminer, nous aurons les « japoniani » comme je les appelle, il s’agit d’embouteillages dont j’ai « gribouillé » les étiquettes dans un avion, de retour du Japon. Il y aura un Karukera 2009 , un Savanna Herr 2006 et un Nine Leaves 2016…

D’ailleurs en parlant de Nine Leaves, j’y ai été en novembre et c’est vraiment en train de devenir quelque chose cette petite distillerie… c’est peut être sorti un peu trop tôt avec des rhums très jeunes, mais là j’ai dégusté de très très belles choses, tu verras.

Oui, ils ont une certaines façon de faire là bas, un peut comme Chichibu, c’est très petit et très précis voir limite maniaque…

Tout à fait cela, et la chose incroyable est que Yoshiharu est tout seul dans la distillerie… même sa femme ne peut pas rentrer, il faut vraiment tout !

Il fait les réceptions, la comptabilité, la distillation, la mise en fût… il fait tout tout seul, c’est incroyable !

C’est pour ça que je comprenais pas quand je lui demandais combien il avait de fût en plus…lui il me disait « 20 de plus que l’année passée« . Du coup moi je comprenais pas, juste 20 fûts en une année ?? Je pense que dans les prochains 2-3 ans, il va bien se développer.

Dernier projet en date, j’aimerais aussi joindre l’art Haïtien et le rhum à travers des clairins vieillis avec de beaux packaging.

Haïti a eu des peintres vraiment intéressants découverts dans les années 49-50. Des gens comme Hector Hyppolite par exemple.

Notre idée est de choisir les 12 peintres les plus connus et j’ai fait 12 single cask avec ces œuvres sur les étiquettes. Le concept serait de faire une exposition avec les œuvres et les bouteilles ensemble en fait. Mais bon, tout cela se fera après cette dramatique histoire de Covid 19

Et pour terminer nous aurons 1200 bouteille de River Antoine de Grenade… Ce sera très limité mais je me réjouis de cet embouteillage, car c’est la première fois que cela arrive aussi !

Dernière question… et Rhum Rhum ?

La société est presque liquidée… Gianni et moi nous avons repris l’alambic, acheté le nom et une partie des fûts dont ceux qui étaient en stock chez Karukera depuis 2012, car pas assez de place chez Bielle. Nous allons probablement sortir le Libération 2020 avec le stock qui est là bas. Nous avons 2/3 de l’ensemble des fûts de rhum rhum, situé en Guadeloupe et à Marie Galante.

Par la suite, nous allons devenir une vrai distillerie, avec toutes les autorisations nécessaires afin d’être totalement indépendant. Avant nous étions une partie de Bielle, maintenant nous serons une petite distillerie dans la distillerie Père Labat.

Grand merci pour cette discussion Luca, prends soin de toi et à bientôt !

Merci Roger, prends soin de toi et de tes proches aussi, c’est important ! Et n’oublie pas de déguster de bons rhums !

3 Comments

  1. Ramrumsky says:

    Impressionnante cet élan vers l’inconnu, j’adore cet attitude d’innovateur qui va chercher les choses jamais faites afin de les réaliser avec une passion tellement forte.
    Merci pour ces scoops j’ai hâte de découvrir la suite de ces histoires

  2. RhumandFruit says:

    Que de belles nouveautés, merci Roger pour cette interview.
    Personnellement j’attendais le River Antoine !

    il n’a pas donné d’ordres de prix pour tout ca ?
    Yoann

    1. De rien, oui le river Antoine ça doit être intéressant…

      Après non, nous n’avons pas parlé argent. Donc aucune idée ou fourchette de prix à te donner 😅

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *