Caroni Ceremony

Caroni Ceremony

17 avril 2019 2 By Roger

Lors de ma discussion avec Luca l’année passée, ce dernier avait évoqué une grande journée Caroni où il ferait les prochaines sélections avec les passionnés de la distillerie défunte de Trinidad…

Il voulait absolument réunir autour des derniers fûts ces passionnés qui font aussi que Caroni est Caroni.

Au programme donc, déguster ensemble l’entièreté des 140 fûts restants de Heavy Rum Caroni. 140 fûts en vieillissement 100 % tropical scindés en 2 groupes:

  • les full Trinidad qui étaient entreposé chez Angostura (TDL)
  • les Guyana stock qui ont vieilli chez Demerara Distillers (DDL) à partir de 2008.

Le tout ayant été rapatrié récemment en Europe en vue de stopper le vieillissement après sélection.

Ceux ci seront ensuite mise en cuve en inox ou dame Jeanne afin de garder l’essence même des Caroni embouteillé par Velier, 100% tropical donc.

Bon du coup, il y aura ‘que’ 139 car un a cassé apparemment…fichtre !

Jour 1

Aussitôt le mail officiel d’invitation reçu, les contacts sont pris avec 3-4 autres geeks de Caroni afin de plannifier le trajet…Car oui, Cognac quand on vit en Belgique, ça fait tout de même 8 bonnes heures de route, autant les faire à plusieurs.

Donc nous ferons une petite halte à Paris afin d’aller récupérer deux vieilles connaissances…. que je n’avais jamais vu au final, pour rejoindre le reste de la bande au Château de Purygaud à Léoville.

23 heure, nous arrivons sur place et après les salutations d’usage, un sale gros linup nous est proposé… chaque participant prenant une belle bouteille afin de partager avec le reste de l’équipe.

Résultat, dodo à 4 heure du matin après de belles discussions passionnées autour de superbes eaux de vie… et sans exagération, il faut être en forme pour le lendemain !

Jour J

Lendemain matin, réveil vers 09h30 afin de se préparer à rejoindre l’endroit où sont stockés les fûts…

Aussitôt arrivé, Luca prend la parole non sans émotion, nous parlant de ce fameux 9 décembre 2004 et du chemin parcouru depuis pour arriver à ce jour fatidique, où les fûts vont tous être dépotés et mis en cuve en inox.

8 tasting gang sont désignés afin de répartir le travail… Oui car 140 fûts, c’est tout de même rude si on doit tous les goûter 🙂

Notre sélection TDL…

La première sélection consiste donc à balayer tous les fûts ayant vieilli intégralement à Trinidad et sélectionner ceux qui sortent du lot.

Pour cela, les 8 tasting gang reçoivent 1/8em de la totalité de ce stock en échantillons et mettrons de côté ceux qui le méritent.

Ensuite, ces derniers sont eux mêmes dégustés par un autre tasting gang afin de valider ou non les choix. De ce deuxième passage, seul 12 fûts sont donc sélectionnés pour de futurs single cask.

Le reste sera assemblés afin d’alimenter les 14 prochains Employees.

De notre côté, nous avons sélectionné 3 fûts de 1996 avec Nico, Jonathan et sa compagne Pauline. Ces trois sélections ont été validées par le tasting gang de Luca qui n’en aura finalement retenu que 1.

Si jamais, c’est ici le bureau des réclamations pour les futurs acheteurs de ce single cask qui seraient déçus du fût 3775 de 1996 🙂

Ensuite, nous devons valider les sélections du tasting Gang 1, et nous n’avons retenu que 2 fûts du millésime 2000 sur les 3 que Luca et ses partenaires nous avait proposé.

Oui, expliqué ainsi, c’est relativement fou de se dire que nous avons écarté une sélection de Luca Gargano, mais bon 🙂

Concernant “notre” fût, des notes fruitées, mielleuses, boisées, caramélisées et pâtissières nous ont régalées. Nous nous réjouissons de voir apparaître ce single cask !

Notre sélection DDL…

Après ce premier gros passage, pause boustifaille afin de reprendre 2-3 forces et ensuite, on va s’occuper des stock qui étaient entreposés chez DDL.

Ceux ci étant souvent plus doux et gourmands que leurs homologues de Trinidad… pourquoi ? Aucune foutue idée mais c’est souvent le cas. La proximité des Enmore shootés à la mélasse ? 🙂

Entre temps, nous auront offert à Luca pour cette mémorable occasion une bouteille spéciale, la Ruruki 1953 que nous allons remplir avec les différents fûts mis de côté. Cet embouteillage unique (confectionné par la souris à Moustache) correspondant donc à ce que nous avons appelé fièrement :

“The ultimate Fucking Blend”

S’en suit donc le même exercice qu’avec le stock de Trinidad, et ce toujours dans la joie et l’allégresse.

A noter que ces fûts sont les seuls avec les marks originaux de Caroni. En effet lors de leur arrivée chez Angostura, tout les marks ont été refait avec un gros TDL sur le dessus.

DDL n’ayant pas touché à ses Caroni, nous avons donc le bonheur de retrouver le fameux HTR ou BLENDED sur fond blanc, typique de Caroni

Pour notre sélection, nous héritons de “blended rums” du millésime 1996 encore. Il s’agit de blend “light and heavy rums” ayant séjourné en Guyana donc.

Nous n’avons pas contre pas identifié de fût pouvant faire l’objet d’un embouteillage spécifique. Leur profil hyper gourmand et rond a tendance à devenir légèrement écœurant avec un beau fruité, de la coco, du chocolat noir et une belle intégration de l’alcool.

Ils feront une superbe base pour une blend de folie avec certains autres fûts légèrement trop boisé je pense… pour en être sûr, je me sacrifie et j’ai fait l’exercice sur place, ça passe plutôt bien !

Les autres tasting gang ayant eux de leur côté sélectionnés 5 fûts de plus ce qui porte donc à 17 le nombre de futurs single cask possibles…

La journée se terminant autour d’un verre sur place afin d’encore partager ensemble de beaux moments passions.

Le retour au château sera l’occasion de clôturer cette agréable journée par un dernier gros linup…


Que retenir de cette journée mémorable, hormis ce beau moment de partage où Luca aura fait de nous des amateurs comblés en nous permettant d’accéder à l’inaccessible… une journée qui restera pour toujours gravée dans nos mémoires.

Merci donc à la maison & velier et Bravo !

  • 166
  •  
  •