Petite soirée en mode VSGB ce lundi… Je parle bien entendu de rhum, pas d’une nouvelle version LGBTQQI2SAA (j’avoue avoir fait connaissance avec ce dernier en fouillant pour trouver un accronyme du style pour l’article) ! Velier Small Great Bottles est en effet une initiative de Luca Gargano mise en place afin de permettre au maximum de gens de déguster ses embouteillages… et je dois dire que c’est drôlement bien foutu car la plupart des sorties Velier sont ainsi proposées en version 10 cl toutes mignonnes aux 1000 membres du groupe. Du coup, il « suffit » de les acheter quand on nous prévient qu’elles sont disponibles.

Plus besoin de faire du « F5 » toute la journée sur 34 sites, la semaine hypothétique où les embouteillages sortent… je dis bravo pour l’initiative !

Donc ce soir, je vais vous parler du Papalin Navy Proof ainsi que de la second release du vieux Sajous… et tant que j’y suis, et parce qu’un chouette type m’a filé le reste de sa bouteille (en mode corse), je vais parler du premier Papalin de 2013 !

Papalin 2013

Assemblé en 2013, ce blend de Ron du Vénézuela et de Cuba s’est vu marier de force avec du gros Caroni, le tout fini en ex fût de Demerara ! Autant dire que ces deux Ron qui devaient être bien gras et gourmands à l’origine auront été sensiblement transformés.

Nez

Le nez nous offre directement de beaux relents de Caroni… ça pue bon le sâle là dedans 🙂

On retrouve donc pêle-mêle des notes d’huiles de garage, d’agrumes légèrement amères, de boisé, de tabac, de cuir, de fumé, de fruits secs sur un lit très gras, limite liquoreux où le citron vert, le miel et le caramel ajoutent un côté très gourmand.

Des traces d’épices tel la vanille ou encore le poivre blanc s’ajoutent à tout cela. Ce dernier pourrait éventuelement faire penser à un Port Mourant pour le fût, mais sans plus de certitudes que cela.

Faudrait penser un jour à demander ce qu’il y avait dans ces fûts auparavant. Mais je pense qu’en 2013 le monstrueux PM ’93 a été embouteillé, ce serait peut être un début de piste.

Bouche

La bouche est relativement huileuse et grasse, on retrouve un profil bien sucré, caramélisé et assez facile. Le Caroni a bien entendu marqué cet assemblage mais moins qu’au nez je dirais.

On y retrouve pas mal de notes de fruits secs comme la noix, encore ce citron vert, la vanille, le miel, le chocolat noir, un côté « savonneux » (Hello Mister Poussette), la brioche, l’orange sanguinne et enfin un côté tirant plus vers le cuir.

La finale est assez longue, pour un rhum de seulement 42%.

Prix

+-40€ de mémoire

Conclusion

J’aime toujours autant ce petit blend, même si je ne me souvenais pas de ce côté si « savonneux »… Je comprends mieux ce que racontait Laurent lors de nous divers échanges à propos de ce rhum.

Comme déjà discuté, il faut plus voir ce rhum comme étant une porte d’entrée vers les rhums de dégustations. Et pour cela, il fait clairement le job !

Score

85/100

Vieux Sajous 2em release

Résultat de l’assemblage de 12 fûts ex whisky et ex rhums dans lesquels du clairin Sajous aura été enfermé durant 4 ans sous le soleil d’Haïti.

Il s’agit de la deuxième release, cette dernière titre 56.3% et sur le papier, c’est vraiment pas un truc qui m’excite plus que ça.

Nez

Le nez tire directement sur le fruits exotiques bien passés avec une belle dose de solvants et une pointe de colle.

On peut y retrouver les agrumes avec l’orange et le citron en tête, la mangue, la cerise, une belle rasade de poivre, du caoutchouc, du choux, de la colle patex et un côté âcre et légèrement fumé.

Cela reste tout de même dans un registre « sauvage » je dirais… Pas spécialement fan mais je m’attendais à pire.

Bouche

Des notes fruitées viennent directement avec les agrumes, la cerise et la mangue sechée. Des arômes plus tertiaires avec le boisé, le chocolat noir, le fumé et les épices viennent ensuite compléter cette bouche plutôt atypique.

La finale propose des notes de gingembre confits, de poivre, d’olives noires et un côté solvant que je ne trouve pas très agréable en fait.

L’alcool est plutôt bien intégré, je trouve que celui ci est plutôt bien fondu à l’ensemble.

Prix

70€

Conclusion

Bon, décidément, les clairins et moi cela semble faire définitivement deux… Déjà avec les blancs je ne suis pas hyper à l’aise mais je pense avoir encore plus de mal avec les versions vieillies. Il y a clairement un truc qui ne passe pas entre ces rhums et moi 🤷

Après, c’est probablement la version vieillie la moins râtée plus réussie, histoire de terminer sur une note positive 🙂

Score

79/100

Papalin Navy Proof

Assemblage de Worthy Park et de Hampden, ce papalin 2022 est la version navy proof de la version…reduite 🙂

Ces deux versions étant assez décriées, personnellement j’ai vraiment bien aimé la version réduite. Voyons voir ce que ces quelques degrés de plus ajoutent à l’ensemble.

Nez

Directement, le combo Pomme/Poire nous saute au nez… c’est hyper agréable, c’est frais, c’est fruité et donne une belle impression de gourmandise.

Avec le temps, les fruits se font encore plus exotiques et tirent clairement vers l’ananas et la banane verte ainsi que les agrumes confits. Ensuite, le fumé, la mokatine, les épices et les fruits secs viennent s’ajouter à tout ce beau monde.

On retrouve enfin une certaine sucrosité avec un léger caramel et du massepain cru.

Bouche

La bouche est, forcément, plus vive que la version réduite mais je trouve l’alcool plutôt bien intégré.

On retrouve immédiatement cette trame caramélisée/fruitée que nous avons pu découvrir au nez. Les fruits du vergers sont toujours à la fête, accompagné de caramel /beurre salé, d’agrumes, d’ananas et de pâte d’amande.

La finale est fort sympathique, nous offrant des notes plus boisées/chocolatées, sucrées et florales/capiteuses.

Prix

60€

Conclusion

Et bien j’aime beaucoup ! Probablement un poil trop fort pour les nouveaux palais, je conseillerais plutôt le réduit comme commencer à découvrir les rhums de la Jamaïque.

Après, pour les gens plus avertis, je trouve que cet assemblage est plutôt réussi et qu’il fait clairement le boulot.

Ce qui est plutôt drôle avec ce rhum, c’est qu’il est assez décrié, mais qu’il n’y en a plus nulle part… comme quoi 🙂

Score

88/100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.