Rhum

Uitvlugt 1993/2020

Hooo, un Port Mourant, c’est moi où ça faisait longtemps que ce n’était plus arrivé sur le blog… de plus, on a droit ici à une vieillerie issue de la distillerie Uitvlugt et proposée par nos amis de The Duchess en Hollande. Et l’air de rien, n’étant pas grand fan des rhums sortant de cet alambic, force est de constater que ceux ci sont assez bien représentés ici même.

Bon, il s’agit d’un Port Mourant dont le vieillissement aura eu lieu principalement en Europe et non saucé, sur le papier, cela à tout pour me plaire si l’on se penche sur les autres articles du même sujet.

Âgé de 27 ans, cet Uitvlugt 1993 distillé à partir du célèbre alambic en bois a été mis en bouteille 189 fois à 50.1% et l’étiquette est toujours l’œuvre de Hans Dillesse. La série portant le nom de Hummingbird, c’est naturellement qu’un colibri orne cette bouteille. Question de goûts, on aime ou on n’aime pas. Perso je suis moyennement fan mais c’est de l’art… ça ne se discute donc pas 🙂

Il est à noter qu’il s’agit plus que probablement d’un fût qui ne devait pas trainer très loin du Port Mourant 1993 de Rum Artisanal que j’avais vraiment apprécié.

Bon, trêve de papotage, venant en directement à ce qui nous intéresse tous, « est ce que c’est bon ce brol » 🙂

Couleur

Or pale, typique d’un demerara continental…

Nez

Une première impression de sucré se dégage de ce rhum, sans bien entendu tomber dans l’énorme caramel tout plaquant. Cela est suivi directement d’une odeur de kérosène plutôt agréable. La paraffine et donc la bougie prennent ensuite plus de place avec de la réglisse et quelques notes plus fruitées avec des fruits à chaire blanche.

Ce rhum nous propose un côté plutôt pâtissier, avec un côté beurré, brioché ainsi que médicinal avec une belle pointe d’eucalyptus.

Vraiment un nez que je trouve plutôt sympathique, c’est équilibré et pas trop porté sur le boisé humide ou le savon cher au monsieur à La Poussette 🙂

Bouche

La bouche est chaleureuse, sur les marqueurs typique de Port Mourant SANS le côté vieille souche moisie au fond d’un marais !

Du coup, c’est très pâtissier, brioché, épicé et légèrement fruité… le tout marqué par un très bel équilibre et une intégration de l’alcool bien agréable.

Le tabac blond, la réglisse, le poivre, la pomme, le beurre et un côté eau de vie fruits du verger terminent cette dégustation.

Le boisé est présent mais n’écrase en rien le moment, la finale est plutôt longue sur un chocolaté amère et de la muscade qui apportent de la robustesse à cet élégant Demerara.

Prix

235€

Conclusion

Bravo, belle sélection d’un Port Mourant assez classique au final.. pas de réelles surprises mais une sensation du travail bien fait.

Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer.

Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie… je ne suis qu’amour !

Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une note de dégustation, mais demain qui sait ?

Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi… et ça c’est beau !

Note

88/100

https://rumtastingnotes.page.link/kDf9NNS3YnaqZGUi8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *