Port Mourant 2003/2019

Port Mourant 2003/2019

5 juin 2019 0 By Roger

Il y a presque 2 ans, The Auld Alliance Singapore et Corman-Collins achevaient l’embouteillage d’un superbe Port Mourant de la collection privée de Silvano Samaroli.

Maryse Samaroli, l’épouse de Silvano, leur avait proposé ces deux fûts suite au décès inopiné du maestro… ceux ci étant prêt à être embouteillés et n’ayant elle même évidement pas la tête à cela à ce moment.

2 ans plus tard, un nouvel embouteilleur indépendant voit le jour, Masam, qui a pour but de sortir les fûts restant de cette collection privée. En 2019, nous avons droit à un Hampden 1992 et un Port Mourant 2003 ainsi que d’autres whisky.

Connaissant mon amour pour le premier embouteillage du Port Mourant 2003, je me suis évidemment jeté sur ce nouveau fût sans trop réfléchir.

Titrant 53.5%, ce rhum n’aurait subi aucune réduction et est issu d’un seul et unique fût, le numéro 25 pour la petite histoire… Curiosité, l’étiquette mentionne “Port Morant” sans U …

Enfin, il est à noter le design de la boîte, le look de la bouteille et le minimalisme de l’étiquette. Cela divise, personnellement je trouve l’ensemble très classe.

Port Mo(u)rant 2003

Couleur

Paille foncé/jaune. Liquide extrêmement gras, ça laisse présager à quelque chose avec du corps

Nez

Pâtissier et exotique avec tout d’abord un beau gros côté brioché/vanillé bien secondé par des fruits à chaire blanche tels la poire ou la pomme.

J’y retrouve également de la mangue poivrée qui lui confère donc le côté exotique.

Les épices sont présentes aussi avec le poivre gris et une pointe de fruits secs avec la noix entre autre.

Un léger fumé est à constater ainsi qu’un soupçon de colle et l’amertume typique que j’associe souvent aux PM et Versailles.

L’alcool est plutôt bien intégré même si cette impression était encore plus notable sur la version réduite de 14 ans… Forcément, me direz vous.

Bouche

Grasse et huileuse, c’est le moins que l’on puisse dire tellement ce rhum tapisse la bouche…

C’est vraiment très impressionnant et cela donne un très joli contraste avec l’élégance ressentie au nez en fait.

En effet, tout n’est que douceur avec le fruité, le beurré, un léger boisé, les épices et un alcool très bien intégré…

L’amertume qui me débecte tant est légèrement présente, mais s’efface très rapidement pour laisser un voile très frais, mentholé et fruité.

Le sucre demerara est plutôt présent en fin de bouche et confère à cette superbe eau de vie une gourmandise folle.

Prix

135€ / 175€

Conclusion

Pwaaaaaa, encore un très beau rhum tout en délicatesse et élégance mais avec une certaine force et plein de caractère.

Alors évidemment, pour les amateurs de bois, il ne faut pas chercher la moindre ressemblance avec vos gros PM shootés à la mélasse et infusés à la souche d’arbre moisie hein.

Le profil est ici plus fruité, pâtissier et élégant dirais je… Personnellement, je suis encore une fois conquis !

Note

93/100

  •  
  •  
  •