Rasta Morris

Rasta Morris

23 novembre 2018 1 By Roger

Retour ce soir sur le reste de la gamme Rasta morris qui comprend un foursquare, un fidji, un caroni, un trinidad et un diamond…  Voila de quoi compléter ma note précédente qui ne parlait que du Uitvlugt.

D’un point de vue sélections, on peut dire que nous sommes dans des destinations classiques de chez classiques. En fait il ne manque qu’un Worthy Park et on est pile dans la mouvance actuelle. Ce qui n’est en rien négatif, juste que pour le consommateur, cela peut freiner à mon avis.

Mais bon, cela est un autre débat, attardons nous ici sur la qualité des ces sélections:

Foursquare 2004/2018 – 62%

Couleur: or brun

Nez: Fruité avec pas mal d’agrumes comme le citron, la mandarine.

La banane et l’ananas sont assez présents , ainsi qu’une belle touche caramélisée qui ajoute la gourmandise qu’il faut à ce beau foursquare.

Avec le temps, des notes plus confites, légèrement torréfiés ainsi que du cuir viennent terminer ce beau tableau.

Bouche: Assez vive, celle ci nous présente directement de belles notes chaudes sur le caramel et les fruits secs notamment.

Les épices avec la muscade et la vanille ainsi qu’une pointe de chocolat viennent affirmer ce caractère chaud et gourmand.

Les fruits semblent être un retrait par rapport au nez mais ils ne sont pas bien loin avec cette banane qui revient de temps en temps.

Conclusion: très beau foursquare, vraiment je le trouve excellent malgré la haut voltage. Si cet alcool avait été un peu plus intégré c’était une bombe.


Caroni 1997/2017 – 63.1%

Couleur: brun foncé, 20 ans en fûts dont peut être une partie à Trinidad, ça marque quand même un peu hein 🙂

Nez: directement sur les hydrocarbures, le cuir, les beaux fruits exotiques bien compotés.

Pas de doutes, nous sommes face à un gros Caroni qui ne serait pas sans rappeler certains de chez Velier.

On y retrouve une huile de garage, de l’orange amère, du chocolat, des cerises pour terminer sur une touche plus camphrée et fumée.

Bouche: douce sur le caoutchouc, le cuir, la vanille et les fruits exotiques tels que la banane et la mangue.

C’est très doux et gourmand malgré le caractère robuste de la chose. Encore un tout bon caroni.

La finale est énorme comme souvent et se termine sur une belle note de cerise.

Conclusion: Excellentissime, j’ai beaucoup apprécié ce caroni chaud, gourmand et typique.


Diamond 2004/2014 – 61.5%

Couleur:  acajou, plutôt gras.

Nez: mélasse, caramel brûlé… pwa ils en ont encore foutu un bon paquet dans le fût 🙂

On y retrouve aussi pas mal de gros fruits bien compotés genre banane, mangue, passion, une touche de vanille, une aigreur boisé plutôt marqué ce qui me fera dire que ce Diamond est un Port Mourant.

Les plantes sont présentes aussi et j’y trouve une pointe de fenouil et comme Sébastien des épices avec du chips au paprika entre autre.

L’alcool est là mais rien de trop dérangeant. J’aime beaucoup hormis cette amertume avec laquelle j’ai quand même assez bien de mal mais ça reste personnel.

Bouche: Assez proche du nez avec toujours cet aspect cuit, caramel brûlé et épicé au paprika. C’est très bien foutu jusqu’à ce que ce boisé humide/amère revienne.

Encore une fois, c’est moi qui ai un soucis avec ce genre d’arômes… le jus est vraiment bon mais faut aimer ça ou en tous cas être moins sensible à ce profil que moi 🙂

Les fruits sont là aussi, toujours aussi confits et apportent beaucoup de gourmandise.

Conclusions: D’après certaines sources, ce serait un Versailles… je le crois volontiers même si pour moi c’est plus vers Port Mourant que je vais, tellement cette amertume est présente mais bon.

Comme souvent avec Port Mourant, je suis assez séduit par le nez mais la bouche bloque souvent après. C’est juste un profil qui ne me convient pas, je pense que les amateurs y trouveront leur compte.


Fidji 2003/2018 – 59.5%

Couleur: paille, rhum très clair pour ses 15 années en fût. Ca fait un peu penser à des Hampden en fait.

Nez: végétal et citronné où l’alcool est plutôt présent. 

Avec le temps, le caramel, la vanille, les fleurs jaunes, le camphres viennent ajouter une belle palette aromatique. 

Ce nez est plutôt frais et aérien je trouve… aucune lourdeur là dedans. Plutôt agréable.

Bouche: l’entrée en bouche est vive du haut de ses presque 60 degrés mais sans être insurmontable.

Le colle, les agrumes type citron, la vanille viennent ensuite accompagnées d’une légère touche poivrée et caramélisée.

La finale nous offre une belle olive verte et un boisé humide assez discret.

Conclusions: Jamais été grand fan des rhums en provenance des îles Fidji mais je dois avouer que celui ci me semble le plus intéressant. En tous cas c’est celui qui me plait le plus de là bas.


Trinidad 2003/2018 – 63%

Couleur: brun/orange, les 15 années semblent lui avoir conférés plus de couleur que son copain de Fidji

Nez: Colle, solvants, coco, épices, vanille… le nez est assez fermé en ce début de dégustation. On va lui laisser un peu de temps.

Le caramel, le sirop de sucre vient ensuite et nous apporte un beau côté de crème pâtissière et de flan (au caramel forcément).

Quelques épices, du bois ainsi que de la banane viennent terminer ce nez.

J’aurais tendance à trouver qu’une petite réduction aurait fait du bien à l’ensemble en fait.

Bouche: plutôt douce en regard des 63%, nous partons directement sur le caramel encore une fois, les épices avec la vanille en tête, un délicat boisé et quelques fruits exotiques.

Une belle touche de miel et une finale sur la réglisse confirment le tempérament chaud de ce rhum qui, comme le nez, aurait peut être été plus fin avec une réduction.

Conclusion: belle sélection que ce Trinidad, très gourmand et où le sucre semble naturellement (trop?) présent (vu que pas d’ajout par Rasta Morris).


Conclusions:

Belles sélections assez puissantes et gourmandes… Ca ne plaisante pas chez Rasta Morris 🙂

Perso, les Caroni et Foursquare m’ont vraiment très bien plu ainsi que le nez très engageant du Diamond.

Les Fidji et Trinidad sont moins ma tasse de thé à la base mais j’ai passé un bon moment en leur compagnie.

Bravo et bonne continuation !

  • 46
  •  
  •  
  •