Cela faisait quelques temps que je n’avais plus dégusté de rhum en provenance de chez Le Gus’t et donc quand ils m’ont proposé 3 samples de leurs nouveautés 2022, j’ai directement repensé au bon souvenir que m’avaient laissé les deux précédentes review de leur mise en bouteille, deux Demerara aux curieux relents de Caroni 🙂

Par contre ici ce n’est plus dutout pareil car nous partons en direction de l’île de Madère afin d’y découvrir trois sélections faites chez Engenhos do norte.

Et du coup, ça fait assez plaisir de découvrir autre chose qu’un xem Worth Park, Hampden ou Foursquare… pas que je n’aime plus ses profils, loin de là, mais il en sort quand même 83 chaques semaines.

Selon ce qu’on peut trouver sur le net, un engenho était un dispositif destiné à la fabrication du sucre, regroupant la presse (moenda en portugais), la « maison des chaudières » (casa das caldeiras) et la « maison de purification » (casa de purgar).

J’imagine que le « Do Norto » signifie le nord car cette distillerie se trouve justement sur la côte nord de Madère, dans le village de Porto da Cruz.

Le moulin de Porto da Cruz est l’un des trois anciens moulins en activité à Madère. Construit en 1927, résultat de la fusion d’une partie de la cinquantaine existant sur l’île, il utilise encore les machines de l’époque, étant le seul en Europe à utiliser la vapeur comme force motrice.

Ils sont nottemment équipés d’alambics français de la marque Barbet dont une colonne de 7,50 mètres de haut qui produisent du Rhum agricole de Madère.

Enfin, comme nous l’explique Amaury:

Dans l’esprit de nos sorties précédentes, nous voulions proposer un produits 100% terroir, vieillissement sur place . De la production de la canne jusqu’à la bouteille sur place.

Avec l’arrivée de l’indication Géographique en 2017, il y a un travail énorme fait par les distilleries sur place et une envie énorme de leur part d’évolution qualitative.

Nous avons commencé par Engenhos Do Norte car étant la plus ancienne distillerie, nous avons eu accès à des casks anciens. Il y aura de plus en plus de casks de Madère mais la plupart serons de 2017 car ils commencent à stocker.

Nous sommes particulièrement heureux d’avoir mis la main sur ces 2 « anciens ». Ils correspondent à nos exigences premières, un alcool parfaitement intégré et un côté terroir authentique.

Engenhos Do Norte 6 ans – 41.4%

Nez

Relativement gourmand, ce dernier propose des arôme plutôt doux d’épices, de fruits compotés, de canne fraiche, un fin boisé sur un profil qui semble assez patissier, brioché, limite liquoreux.

C’est vraiment très accessible, les 41% sont tout a fait fondus à l’ensemble.

Avec le temps, on y trouve de belles notes d’abricots cuits, de chocolat au lait, de cannelle, de raisins secs et de muscade. C’est également légèrement fumé et grillé…

Très beau nez, tout en douceur et gourmandise.

Bouche

On retrouve assez vite un beau côté réglissé, chocolaté et légèrement mentholé. C’est très « rhum agricole », ce qui n’est pas étonnant vu que cela en est techniquement un 🙂

Le boisé est là mais accompagné de fruits compotés tels l’abricots encore et quelques agrumes plus acides comme le citron vert ou l’orange.

L’alcool est hyper sweet et la finale nous laisse un beau chocolat noir amère.

Prix

56.3€

Conclusion

Clairement, ce rhum est hyper accessible tant au niveau gustatif que financier, le genre de bouteille à me redonner foi en l’humanité tant cela ne semble être que bienveillance… j’aime vraiment beaucoup !

Note

89/100


Engenhos Do Norte 2010 – 53.3%%

Nez

Ici le nez semble plus marqué par le sous bois avec un boisé plus présent, un côté limite terreux/champignons est à noter.

Loin d’être déplaisant, celui ci est quand même moins sexy. Avec plus d’ouverture il nous offre son lot de fruits bien cuits aussi, une pointe de réglisse, pas mal d’épices dont la vanille et la muscade et un côté vineux/rancio.

Ce nez semble plus hardcore que le 6 ans, du en partie à ce côté sous bois assez marqué. L’alcool est toujours aussi bien intégré.

Bouche

En bouche le boisé est plus présent encore une fois, le chocolat est bien plus amère, des notes de tabacs déferlent directement en bouche soutenues par un bon gros paquet d’épices comme la muscade nottamment.

Avec cela, pas mal de noix/noisettes, une pointe iodée et encore des fruits bien cuits. Le rancio est toujours là, le côté vineux aussi sans tomber dans le liquoreux.

Les 53.3% viennent donner un bon peps à l’ensemble, tout en restant très accessibles.

Prix

123€

Conclusion

Moins mon kiff, je trouve ce dernier probablement trop boisé pour moi. C’est bon mais je prends moins de plaisir qu’avec le « petit » 6 ans.

Note

86/100


Engenhos Do Norte 2006 – 52.6%

Nez

Le côté sous bois est nettement moins présent ici, voir simplement absent en fait. On retrouve par contre plus le côté vineux et bien plus de fruits dont l’orange sanguine, la mangue, la papaye et un beau paquet d’ épices de noël et de fruits secs.

Le nez semble très concentré sans tomber dans l’excès, le boisé se veut bien plus noble que le 2010 et l’alcool est toujours aussi bien intégré.

Bouche

Les agrumes reviennent en force, accompagné de toutes sortes de fruits secs, d’épices tels que la muscade et une pointe de réglisse. Le chocolat est également présent sans être trop amère ainsi que le tabac.

Comme pour les deux autres, un côté vineux est de la partie aussi et nous offre pas mal de raisins secs et un côté très gouaché.

La finale se veut plus amère, sur les fruits secs et le chocolat noir intense. L’alcool est vraiment très bien intégré une fois de plus.

Prix

134€

Conclusion

J’aime assez bien, même si la finale est peut être un chouia trop amère. En tous cas, ce 2006 me semble plus sexy que le 2010 🙂

Mention spéciale pour les tarifs, 134€ pour un rhum de 16 ans, ça faisait aussi longtemps que nous n’avions pas vu un si beau rapport qualité/prix, bravo à l’équipe du Gus’t !

Note

88/100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.