Il y avait bien longtemps que nous n’avions plus entendu parler de nos amis de l’habitation Saint Etienne en Martinique… et là, c’est le branle bas de combat, plusieurs références déboulent en ce début d’année dont ce nouveaux millésime, le 2006. Et en plus de ce dernier, nous avons droit à un Big Butt millésime 2014, un blanc « milésimé » 2018 ainsi qu’un nouveau parcelaire canne d’or .

Et grand chancard que je suis, un sympathique QDD m’a fait profiter de sa bouteille pour déguster cela et prendre quelques clichés ! Merci à lui et à son propre QDD qui a ramené cela de l’île aux fleurs 😍

Titrant, comme toujours 47.8%, ce rhum a donc été distillé en 2006 et embouteillé à partir d’un fût unique de 400 litres en chêne français après 15 ans de vieillissement !

47.8% était le degré du premier 1998 millésimé et l’équipe de HSE a déterminé à ce moment que c’était le degrés qu’ils aimaient le plus, donc tous les millésimes suivant font le même degré… j’avoue ne pas trop comprendre car ce sont des single cask et donc c’est sensé varier, mais pourquoi pas après tout 🙂

Voyons voir si c’est aussi magique que les 2003 que j’avais tant aimé !

Nez

Pâte d’amandes, fruits bien compotés, pruneaux, mokatine, beurre de cacao, chocolat, tabac, bois noble…c’est ultra gourmand, un vrai bonbon !

Vraiment un beau nez parfumé, lourd et chaleureux où on sent les 15 ans de vieillissement. Avec le temps, on retrouve un compotée de banane/petits beurre, chique au cola, pain grillé, frangipane et enfin un voile plus mentholé.

L’alcool est hyper bien intégré, c’est très doux sans la moindre aggression. Bravo !

Bouche

Douce, suave et gourmande, on retrouve un beau chocolaté, du tabac, de la vanille bourbon, de la muscade, un beau beurré, une belle mokatine caramélisée.

Le boisé est gourmand, marqué par la vanille, la cacao jusqu’à ce que le fruité revienne nous faire coucou avec la banane bien mure, l’abricot et le cola.

La finale est plus fraiche avec le menthol sur un lit de poudre de cacao et de pâte d’amande. L’alcool est top, hyper équilibré mais avec son petit peps.

Prix

120€

Conclusion

Encore une fois, ce millésime est un vrai bonbon, digne descendant des 1998 et 2003 précédents. Et pour un rhum agricole de 15 ans, le rapport qualité/prix est juste bon même si il s’agit quand même d’une somme.

Très belle réussite de nos Saint Etienniens, bien vite la suite !

Score

90/100

2 Comments

  1. Goûté Samedi dernier, après ses grands frères 2003 embouteillage 2018 et 2019. Et bien il se défend pas mal ! même si je préfère le 2003/2019… Mais c’est clair, très beau millésime.

    1. Pas eu l’occasion de les faire en face à face, mais il est vrai que le 2003/2019 est foutrement bon aussi ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.