Alléluia, le Libération 2020, véritable arlésienne du monde du rhum comme l’était Chinese Democracy des Gun’s dans le hard, est enfin disponible ! Prévu à l’embouteillage bien plus tôt qu’en 2022, ce Libération 2020 a même été un instant un Libération 2019… pour finalement être un 2020 mais vendu 2 ans plus tard…

Ques s’est il passé durant 2 ans ? No Idea mais l’ambiance entre Bielle et Velier n’a pas dû aider j’imagine… Rhum Rhum ayant depuis fait ses valises et emménagé plus loin sur l’île, chez Père Labat.

Qu’importe, cette version restera donc la dernière contenant du rhum distillé avec l’alambic Muller chez Bielle et vieilli là bas. L’aventure démarrée en 2007 aura donné des rhums de grandes qualités, les 2010-2012-2015 étaient vraiment fabuleux là où un 2017 m’avait un peu plus déçu.

Comme toujours, on ne sait pas trop ce qu’il y a dans la bouteille, j’ai cru comprendre un assemblage des millésimes 2011 et 2012, sans connaître les proportions ni même la fin du vieillissement. Partons du principe que le rhum doit avoir entre 6 et 8 ans du coup.

Petite reflexion en passant, il est toujours étonnant de voir si peu de transparence sur ces Libération, là où Luca Gargano prône cette même transparence dans bien d’autres embouteillages. Perso, cela ne me dérange pas spécialement, mais c’est pas hyper cohérent avec le discours 🙂

Enfin, deux versions sont proposées, une réduite à 45% et l’autre full proof à 58% et toutes deux vieillies à Marie Galante, chez Bielle, dans des ex fûts de vins français.

Libération 2020 réduite 45%

Nez

On retrouve directement les marqueurs Rhum Rhum, à savoir agrumes tels que l’orange sanguine, le citron vert avec un boisé porté par le caoutchouc, poudre à canon, la réglisse et le chocolat au lait. Le tout sur un profil très légèrement pâtissier/brioché.

Un côté cartonneux est aussi de la partie par la suite, celui ci n’est pas des plus élégants malheureusement.

Sinon, le nez est plutôt timide, limite aqueux en fait. Dommage car j’ai redégusté le 2012 réduit il y a peu, qui lui était pour le coup tellement parfumé et gourmand, la comparaison est rude 🙁

Rien de mauvais ou de raté, juste un peu fade… voyons la suite.

Bouche

Bouche huileuse, où l’on peut retrouver les mêmes marqueurs habituels et classiques des rhum rhum avec ses côtés poudre à canon, caoutchouc, agrumes, réglisse et chocolat au lait.

La suite nous ramène sur la fraicheur et les agrumes avec une finale plutôt boisée et légèrement amère et iodée.

Pareil que le nez, sans trop de défaut mais manquant cruellement de caractère en fait. C’est bon mais trop timide que pour passer un moment à la hauteur de ses prédécesseurs.

Prix

139€

Conclusion

Déception est le mot, je n’aurais pas du redéguster le Libération 2012 le week end passé je pense 🙂 C’est bon, là n’est pas le soucis mais c’est triste quoi… Est ce que la réduction aurait été trop appuyée ?

Pour un libération à 139€, c’est clairement décevant même si vous ne passerez pas un mauvais moment bien entendu, mais j’aurais apprécié un rhum avec quand même plus de gras et de consistance.

Score

83/100


Libération 2020 intégrale 58.4%

Nez

Le nez me semble bien plus concentré, profond que la version réduite avec toujours ces mêmes marqueurs mis en avant qui sont les agrumes, le caoutchouc, la réglisse, le chocolat noir mais avec un beurré bien plus présent.

On sent que cette version est plus robuste et risque de proposer un peu plus de folie que son trop sage frérot.

Son profil est ici plus sombre et boisé mais aussi plus chaleureux et gourmand avec un côté plus caramélisé, brûlé.

Nettement mieux même si c’est peut être trop sombre du coup 🙂 Oui je sais, je suis chiant 🙂

Bouche

L’entrée en bouche est assez piquante, là je suis vraiment étonné car c’est probablement la première fois qu’un Libération me fait cet effet. Les autres éditions avaient un meilleur équilibre de mémoire.

La suite reste assez sombre aussi avec un côté caramel brûlé, caoutchouc, réglisse, le cuir et vanille bourbon sur lequel les fruits bien confits comme l’orange et le pamplemousse viennent se greffer.

La finale est plutôt longue sur une trame assez boisée et amère portée sur le chocolat noir et la poudre à canon.

Prix

165€

Conclusion

Je « préfère » cette version intégrale avec plus de caractère que le réduit mais je me dit qu’on est quand même plus sur la même classe que pouvaient atteindre les 2012 et 2015… Donc déception aussi en fait.

Score

84/100

Conclusion

Le réduit est trop réduit et l’intégrale est trop boisé… j’avoue que ce n’est pas très élogieux comme conclusion et que j’aurais pu essayer de gratter 2-3 lignes en plus, mais c’est clairement ça en fait.

Rien de foncièrement mauvais, on retrouve bien ce qu’est Rhum Rhum mais dans deux profils plutôt décevants comparés à leurs illustres prédécesseurs. Après, cela restera bien entendu à l’appréciation de chacun.

2 Comments

  1. Il parait que cela va bientôt arriver en France via LMDW… mais aucune date pour le moment.

  2. Out of stock. Une idée où le trouver?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.