Une fois n’est pas coutume dans la blog à Roger, nous allons goûter du cognac… quelle belle introduction hein ? J’avoue, elle n’est pas de moi mais je trouve qu’elle donnait pas mal et qu’elle collait assez bien au concept de l’article, qui est justement de déguster du cognac. Sauf que ce n’est pas la première fois que j’en déguste ou que j’en parle bien entendu, mais ça, c’est une autre histoire 🙂

Donc aujourd’hui je vous propose de parcourir quelques belles sélections de plusieurs domaines via des embouteillages de Malternative, Corman Collins et Grosperrin… rien que ça, c’est parti !

Grosperrin Cepages Cognac Grande Champagne – 42%

Un assemblage issu de 3 cépages : Folle Blanche, Ugni Blanc et Colombard, sur 4 Millésimes : 2011, 2012, 2013 et 2014.

Nez

Un nez relativement gourmand, mielleux, beurré qui fait directement penser à quelque chose de très pâtissier, brioché et agréable.

Pas mal de fruits se retrouvent ensuite dans ce beau bouquet avec les fruits du vergers tels que la pomme ou la poire et quelques trace de raisins bien entendu. Le tout relevé par un pot d’épices composé de muscade, de cannelle et une petite pointe poivrée

Bouche

La bouche est plutôt douce, vanilée, fruitée, compotée avec un fin boisé qui vient recouvrir le tout. Ce dernier se veut gourmand avec des notes de chocolat au lait, de tabac avant que ne ressortent des traces de raisins.

Les fruits du verger et un profil beurré sont tout aussi présent qu’au nez pour une finale moyennement présente mais somme toute agréable.

Prix

50€

Conclusion

Très beau VSOP concocté par Grosperrin, qui a tout du parfait cognac pour découvrir ce vaste monde sans dépenser trop d’argent… Je recommande vivement aux personnes qui voudraient s’y plonger.

Note

88/100

Bon Bois ’91 Héritage -Corman Collins/Grosperrin

Distillé en 1991, ce vieux cognac « bon bois » a été sélectionné par Corman Collins et mis en bouteille en 2021. A noter que cet embouteillage est aussi une belle histoire d’amitié entre Hubert Corman et mon pote Yohan qui l’aura sélectionné avec lui… N’en déplaise à certains, moi je trouve cela vraiment humble de la part d’un professionnel de ce niveau d’avoir proposé une fois de plus ce genre d’expérience unique.

Nez

Déroutant par rapport au précédent, on y retrouve d’abord un côté plus rustique et légèrement salin… On sent qu’on est face à un spiritueux relativement âgé, 30 ans l’air de rien !

Derrière ce nez plus robuste, on y trouve beaucoup de fruité, de marmelade, de miel, de cire, d’épices, d’agrumes le tout présenté avec un côté brioché et finement boisé.

C’est très chaleureux et doux avec une pointe plus fraiche et mentholée qui arrive une fois le spiritueux bien aéré…

Bouche

Une bouche est plus vive que le VSOP mais tout aussi gourmande et fruitée… Juste que les fruits sont ici bien plus compotés, limite exotiques. Le mielleux enrobe le tout avec une belle brioche et un boisé qui amène ses notes de chocolat noir et de tabac sans tomber dans l’excès.

La finale est plutôt soutenue, sur une fraicheur d’eucalyptus et d’agrumes aux chocolat.

Prix

130€

Conclusion

Complexité et équilibre, je n’ai pas vraiment d’autres mots pour qualifier ce spiritueux… Le boisé et là, le fruité est envoutant, la gourmandise folle, le boisé fin et un petit côté plus rustique du meilleur effet. Très belle sélection et rapport qualité/prix incroayble !

Note

91/100 (oui je sais… lot’91 toussa toussa)

#8 Le voyageur – Pasquet lot 67 Malternative – 40.6%

Un petite champagne en provenance du Domaine Pasquet titrant 40,6% et datant de 1967 pour 438 bouteilles.

Nez

Fruité, y’a pas à dire, ça sent rudement bon là dedans. On y retrouve pas mal d’abricots, de raisins gorgés de sucre et d’agrumes ainsi qu’une petite pointe de fraicheur tirant sur le menthol.

Ce nez est assez fleuri aussi, gourmand avec sa légère touche de miel et son fin boisé…. très classe, j’aime beaucoup.

Bouche

La bouche est tout aussi fruitée, chaleureuse, gourmande et légèrement boisée. Le fruité est exotique avec la mangue, ananas, et papaye.

Le boisé nous apporte une petite touche chocolatée, vanillée mais c’est très délicat. Cela n’écrase en rien la fraicheur et le fruité.

La finale, moyenne, se veut sur la fraicheur.

Prix

239€

Conclusion

Très beau cognac, vraiment fin et élégant et présentant un superbe fruité. Très bel équilibre, manque peut être ce beau profil beurré trouvé chez le bons bois ’91.

Note

89/100

#9 Avec Allure – Pouyade lot 65 Malternative – 47%

Venant du domaine de la Pouyade (Jean Fillioux), ce Lot65 de grande champagne a été mis 112 fois en bouteille à 47%

Nez

Les nez est plus compoté que le précédent et moins type « exotique ». Les agrumes règnent plus en maître que l’ananas ou autre fruits des tropique.

Mais cela reste relativement fruité, sauf qu’une sorte de caramel beurre/salé vient recouvrir le tout avec une pointe plus épicée et boisée.

Ce nez est plus concentré que le Pasquet 67.

Bouche

En bouche, c’est plus vif sans que cela ne soit en rien dérangeant. Encore une fois, le boisé se veut plus présent et le cognac plus concentré. Les agrumes et autres fruits à chaire jaune s’entremêlent à des notes plus boisées, résineuse, liquoreuses.

J’aime beaucoup cette concentration en fait, c’est très fruité mais associé à quelque chose de plus boisé, caramélisé et plein de peps.

Prix

325€

Conclusion

Haaa, ça c’est drôlement bon 🙂 j’aime beaucoup, l’équilibre entre la fraicheur, le fruité et le boisé font de cette eau de vie quelque chose de relativement complet. chapeau !

Note

90/100

#10 La fête – Francois Voyer lot 71 Malternative – 43.3%

Alors ici, je vous livre ma note mais la probabilité que vous y goutiez un de ces 4 est clairement à mettre au conditionnel. Seules 42 malheureuses bouteilles de ce lot 71 de chez François Voyer ont été embouteillées… ce sera donc plutôt compliqué pour déguster ça 🙂

Nez

Assez délicat, ce nez oscille entre le fruité type agrumes, le miel, la cire d’abeille, la fraîcheur de la menthe et quelques fruits exotiques.

Quelques traces de tabac et de bois apparaissent ensuite, mais c’est hyper fin.

Bouche

Quelle classe en bouche, rien ne dépasse et le fruité est vraiment soyeux, élégant et légèrement huileux. C’est tout simplement un monstre d’élégance ce cognac.

La finale est par contre relativement courte et légère. sur les raisins secs..

Prix

239€

Conclusion

A déguster en costard/cravate tellement ce spiritueux est élégant… ça parait du coup légèrement trop fin au final. Tout est dans la nuance dans cette eau de vie…

Note

89/100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.