Interview

Dominik Marwede

Retour de la partie interview avec la rencontre de l’homme derrière Rum Artesanal, l’embouteilleur qui monte, Dominik Marwede ! Et ce n’est vraiment pas peu dire que cet embouteilleur a le vent en poupe, car la plupart de ses sélections sont de plus en plus prisées par les amateurs et pas mal des dernières sorties se retrouvent très vite sold-out ! La qualité au prix juste, c’est de moins en moins fréquent malheureusement, il faut donc en profiter tant que c’est encore possible !

Bonjour Dominik, pourrais tu te présenter pour les personnes qui ne te connaitraient pas encore ?

Bonjour, je m’appelle Dominik et je suis responsable du marketing et de la marque Rum Artesanal (RA) chez le fabricant de spiritueux Heinz Eggert. Je travaille ici depuis plus de 12 ans maintenant. À l’origine, j’ai étudié l’informatique des médias – heureusement pas très bien 🙂

Rum Artesanal est une marque issue de la filiale Rum Albrecht GmbH. C’est de là que viennent les initiales RA. La marque existait déjà avant que je commence à travailler ici. Cependant, à cette époque avec des embouteillages standard assez simple. Après avoir terminé les tâches principales ici, j’ai finalement pu m’occuper intensivement de la gamme RA en 2015.

Comment avez-vous commencé et pourquoi cette idée de devenir un embouteilleur indépendant?

La décision de remplir des single casks est venue d’une idée spontanée au départ. À cette époque, nous travaillions déjà avec des barriques complètes et nous avions donc déjà un bon stock.

Nous l’avons juste développé de plus en plus, tout en développant notre gamme classique et l’assemblage du Burke’s White Blended Rum. Nous sommes donc dans un processus en constante évolution.

Votre nom est bien connu en Allemagne et vous devenez de plus en plus « hype » en Belgique, en France, etc. en raison d’embouteillages de haute qualité et de prix équitables. Ces prix justes sont bien entendu une conséquence de votre choix de mettre en bouteille à 50cl. Pourquoi avez-vous choisi cette voie et y a-t-il des plans pour faire des embouteillages de 70cl?

Merci pour le compliment. Je suis responsable des fûts, des assemblages et même de la conception des étiquettes et je ne laisse aucune décision entre les mains d’un tiers.

J’ai choisi la bouteille de 0,5 l pour pouvoir facilement sortir un plus grand nombre de bouteilles du fût. De plus, la forme de la bouteille est presque identique pour la plupart des embouteilleurs.

Ne vous méprenez pas, j’adore la forme de la bouteille « Velier », mais je voulais me démarquer des autres et donc, la «petite» bouteille RA a clairement sa propre identité.

Les fûts individuels ne seront donc pas disponibles en bouteilles de 0,7 l à l’avenir. C’est différent avec notre série mixte Burke. Ici, nous avons délibérément choisi la même forme de bouteille pour 0,7 litre. Lorsque je prépare quelques daiquiris avec notre Burke’s White Blended, une bouteille de 0,5 l s’épuise beaucoup trop rapidement !

L’année dernière a été une année folle pour vous avec un Versailles merveilleux, un New Yarmouth 2009 de fou et quelques vieilles dames de la Jamaïque … Pouvez-vous nous raconter l’histoire de ces embouteillages?

J’ai toujours été fan du Versailles Still. C’est pourquoi j’ai acheté un fût de REV 1994 en 2016. Mais ce n’était pas tout à fait parfait à l’époque. J’ai donc décidé de le laisser mûrir pendant encore 4 ans. Il en va de même pour le HD 1998. Le gros avantage est que le prix relativement était relativement bas. Entre 2013 et 2018, les barriques étaient encore disponibles à un bon prix.

Le NY 2009 a été un coup de chance absolu. Malheureusement, la distillerie est à peine connue. Mais ils produisent du très bon rhum depuis longtemps et depuis le début des années 2000, ils produisent également du High Ester Rum.

Nous avons aussi, avec la communauté allemande du rhum, sélectionné un excellent Chairman’s Reserve.

Au fait, il y a beaucoup de nouveaux embouteillages vieillis longtemps en Jamaïque. Je pense qu’ils viennent de Wray and Nephew et Scheers. En avez-vous essayé beaucoup? La question est donc la suivante: y a-t-il beaucoup de fûts disponibles ou juste quelques-uns et après cela, c’est fini?

J’en ai goûté quelques-uns. Certains rhums bénéficient du vieillissement tropical. Monymusk est un bon exemple. L’EMB de 1995 n’aurait pas un caractère aussi fort avec une maturation continentale. Il en va de même pour le New Yarmouth de 1994.

Comme il a été produit dans une colonne encore, il serait probablement inintéressant avec le vieillissement continental. Avec d’autres fûts, je considère la maturation continentale comme une méthode de vieillissement avantageuse. Cela dépend en fait…

Je crains cependant que tôt ou tard les sources et les stocks se tarissent. Mais ce n’est pas grave car le marché est en constante évolution et il y aura toujours quelque chose de nouveau à couper le souffle. Il vous suffit de garder les yeux et l’esprit ouverts aux nouvelles tendances.

Comment voyez-vous l’avenir de la RA? Est-il prévu de collaborer directement avec les distilleries? 

À la première partie de votre question: je vois beaucoup de potentiel pour Rum Artesanal. La compréhension du bon rhum se développent chez le public. Les gens font de plus en plus la distinction entre les marques marketing et les sérieuses.

Nous lançons ce printemps une version affinée du Blended Rum de Burke, en plus de superbes single casks dont un rhum jamaïcain de 11 ans.

Pour la deuxième partie: nous l’avons déjà fait en 2019 avec Savanna et l’année dernière avec St. Lucia Distillers. Au cours du premier semestre de cette année, nous aurons une mise en bouteille originale exclusive d’un grand rhum de Madère. Nous sommes toujours à la recherche de superbes embouteillages originaux.

Je sais que c’est une question stupide, mais je l’aime beaucoup … quelle serait la mise en bouteille de RA qui ferait de vous l’homme le plus fier du monde? 🙂

Si je pouvais un jour mettre en bouteille un vieux Demerara des années septante, je serais probablement assez fier. Mais je suis fier de certains fûts que nous avons déjà mis en bouteille.

Quand je pense à nos single casks, c’est certainement la Barbade 1986. C’est pour moi un chef-d’œuvre de l’histoire du rhum des embouteilleurs indépendants. Mais aussi notre Trelawny Double Cask de HD et LP avec lequel nous avons remporté les German Rum Awards 2019. Le New Yarmouth 1994 était aussi une belle prise aussi.

Mais je suis vraiment fier du rhum Burke’s White Blended. J’avais une vision bien claire de ce devait être le goût de ce rhum. Il a fallu 8 mois pour que l’assemblage soit prêt. Vous voyez donc que je suis déjà assez fier globalement 🙂

Que pensez-vous des prix dans le monde du rhum … on les voit augmenter de plus en plus chaque année, et on ne parle pas de Caroni. Pensez-vous que tout va rayer dans un proche avenir ou que les prix étaient tout simplement trop bas ces dernières années?

Les prix augmenteront certainement. C’est une évolution normale lorsque la demande augmente considérablement.

Mais vous devez également examiner de près les prix qui augmentent de cette manière. Il y a certainement des facteurs qui le justifient. Je ne pense qu’aux rhums à maturation tropicale. Certaines distilleries ne le font que depuis quelques années. La part de l’ange est immensément plus élevée que celle des rhums à maturation continentale. C’est pourquoi vous ne pouvez pas vraiment comparer les prix.

Mais si un autre embouteilleur propose le même genre de fût que moi pour trois fois le prix, alors c’est une politique de prix injustifiée ou peut-être qu’il a une politique d’achat incroyablement mauvaise. (ou le deux…)

Mais il y aura toujours des embouteillages avec un bon rapport qualité / prix. C’est juste qu’ils deviennent de plus en plus populaires et par conséquent plus difficiles à obtenir.

A propos de vous, quels sont vos goûts personnels niveau rhum? Quels sont les meilleurs de 2020 pour vous ?

Je suis un grand fan de rhum demerara du Guyana. Une histoire de rhum incroyable et des alambics impressionnants. Mais je n’ai jusqu’à présent jamais rien bu de mauvais en fût de Long Pond, j’apprécie aussi les Clairins d’Haïti.

Il y a eu un nombre incroyable de super embouteillages l’année dernière. Mais j’ai été très impressionné par quelques très vieux embouteillages que j’ai pu goûter grâce à de nombreux amis du rhum. Mais c’est de ça qu’il s’agit. Partage de rhum et de bons moments entre amis!

2 Comments

  1. Très intéressant cet interview de la part d’un embouteilleur indépendant qui mérite à être plus connu. Je pense qu’à la fin de l’article, je pense qu’il est fan de Guyana et pas de la Guyane française 😀

    1. De fait, il s’agit bien du Guyana 🙂

      Merci pour la coquille 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *