Rhum

Caroni Replica

Dégustation d’une nouveauté ce soir avec le tout dernier Caroni Replica, qui est un embouteillage spécial pour le centenaire de la distillerie maintenant éteinte.

C’est donc en 1918 que la distillerie Caroni commence à produire du rhum, celui ci servant principalement aux assemblages du célèbre British Navy Rum.

Le rhum n’est pratiquement jamais vendu en direct sauf certaines versions dont une qui daterait des années 1940 et vendu par Tate & Lile Group. Notre version de ce soir est une réplique de cet illustre collector maintenant.

Même bouteille, même étiquette, même degrés d’alcool et un rhum âgé de 18 ans. Ce rhum faisant partie des nombreuses itérations de caroni 2000.

Cette version est la toute dernière à être vendu en grand nombre, à savoir 12.000 bouteilles mais dont le prix risque d’en refroidir plus d’un… on parle quand même de 290€ prix LMDW mais il y a moyen de le trouver bien moins cher en Italie.

Couleur

beau rhum acajou et relativement gras. Un léger disque verdâtre fait son apparition et les jambes sont longues et grasses.

Ca laisse présager à du lourd en bouche.

Nez

Le nez est très sucré, sur le sucre roux, directement suivi de la vanille et du poivre blanc qui donne à ce replica un côté très gourmand et chaud qui me fait penser au 17 ans.

Les notes pétrolifères propres à Caroni ne sont pas en avant plan comme cela pouvait être le cas dans le 12 ans mais on ne peut se tromper sur la provenance de ce jus. Le boisé est bien là mais sans excès et l’huile est plutôt présente.

Les fruits sont ici en mode compotés, cuits, rôtis avec de la mangue, de l’ananas, du citron et de l’orange sanguine.

Quelque chose de ‘piquant’ apparaît avec l’aération et vient terminer ce nez. Cela mais fait vraiment penser à du piments en fait, c’est vraiment intéressant.

Il se dégage une grosse impression de douceur dans ce rhum, les 51% sont très agréables.

Bouche

La bouche est plutôt vive en rapport avec la douceur du nez. 

Directement la vanille mixée aux hydrocarbures et à du caramel brûlé apparaissent et nous confirment, si besoin en était, que nous sommes bien face à un caroni.

Le tabac froid, la noix et un léger boisé amère viennent compléter ce tableau en ajoutant à ce rhum un côté plus brut. Le citron, l’orange et la banane parfument tout cet ensemble par la suite.

La finale n’est pas des plus soutenue mais nous offre une belle réglisse et une pointe de citron

Prix

230-290€

Conclusion

Un nez plus gourmand et complexe que la bouche mais un beau caroni tout de même. Personnellement je trouve le blend 2000 de 17 ans plus réussi mais bien plus difficile à trouver malheureusement.

Pour cette dernier version « grand public », je trouve cela assez représentatif du style caroni et une belle porte d’entrée pour celui qui souhaite s’y mettre.

Les anciens embouteillages étant de toutes façons presque inaccessibles pour les nouveaux venus.

Nous n’allons pas parler du tarif, c’est un fait établi: Caroni c’est cher, point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *