Rhum

Neisson Vieux Bio

Savoir gérer les différentes sources de frustrations possibles est quelque chose de très important pour trouver un équilibre à la vie ! De mon côté, 2 grosses probabilités sont arrivées au même moment et il fallait absolument éviter d’être déçu 2 fois d’affilée… ces deux sources ? Le nouveau Helloween qui s’est reformé avec Hansen et Kiske et le nouveau Neisson Vieux Bio

Enoooormes attentes donc, liées à mes deux passions, le Heavy Metal et le Rhum. Concernant Helloween, ça va, le titre Skyfall est une très belle réussite, j’ai adoré… par contre le clip est hyper kitch mais bon 🙂 Place donc maintenant au Neisson…

Neisson est agrée bio depuis quelques années maintenant et nous habitue à cette démarche depuis 2016 avec les premiers blancs en conversion bio pour LMDW, le 52.5 bio, l’esprit bio et le profil 105 bio… toutes ces versions étant de très belles réussites ! Autant dire que premier rhum vieux bio AOC Martinique a de quoi faire un peu rêver !

Présenté en grande pompe pour le Whisky Live 2020 qui n’a pas eu lieu, cette version a été proposée à la dégustation à domicile avec master class via LMDW et Internet… Ayant loupé cet évènement, j’ai été assez refroidi par certains retours ici ou qui ne semblaient pas confirmer une réussite totale.

Faisant suite à cela, plus rien niveau informations.. plus aucune news de cette superbe bouteille jusqu’au 11 mars où elle réapparait dans les radars de LMDW. Presque 5 mois plus tard, la voici disponible et elle est passé de 470 bouteilles à 500… Que s’est il passé ? Est ce le même rhum ou une version affinée, brassée et aérée ? Aucune idée, nous dirons que c’est la faute au COVID, réponse classique depuis 2020 à tous mystères non élucidés 🙂

Donc voici enfin le moment où nous allons pouvoir parler de ce rhum, distillé le même jour que le profil 105 bio, à savoir le 10 novembre 2016 et embouteillé au titre de 52.3%. Le tout superbement mis en valeur par l’artiste Philippe Baudelocque. Car oui, outre le fait que ce rhum soit « una world première« , ça claque grave niveau design, et ça j’aime beaucoup.

Nez

Boisé et beurré… j’y retrouve ce marqueur typique du profil 105 bio, ce qui ne semble pas totalement inconcevable vu qu’il s’agit du même distillat de départ 🙂

Par contre, le boisé n’est pas écrasant du tout, il se veut même assez gourmand et porté sur le chocolat au lait. Un côté toasté et mielleux vient ensuite, directement suivi des fruits secs et de pas mal d’agrumes avec l’orange et le zeste de citron en tête.

Un légère acidité est à remarquer le tout mêlé à une menthe rafraichissante. Enfin, les épices viennent terminer ce beau florilège avec de la muscade et de la cannelle entre autre.

L’alcool est très bien intégré à l’ensemble et je dois dire que ce nez me semble vraiment intéressant. Il allie toujours la fraicheur et le fruité des rhums blancs neisson, avec une beau boisé franc et gourmand.

Bouche

La bouche est plus marquée par le toasté, le chocolat noir, le tabac, le moka et les fruits secs que le nez. On y retrouve pas mal de noix, noisettes avec une présence de vanille, de muscade et de poivre.

Les fruits semblent plus en retrait même si l’orange sanguine se fait rappeler à notre bon souvenir sans toutefois être aussi présente qu’au nez.

La finale est plutôt longue et nous emporte sur des notes empyreumachinbazard mêlées à une acidité proche du citron vert.

Encore une fois, l’alcool est bien intégré et nous donne le peps qu’il faut sans nous dévisser les dents du fond.. ce qui est toujours appréciable. Enfin dans mon cas, certains aiment se faire violence, moi je vois le rhum comme un plaisir et non un combat 🙂

Prix

185€

Conclusion

Parlons de ce qui fâche en premier, le prix. Car oui, 185€ pour un rhum vieux, aussi bio soit-il, ça refroidi quand même vachement je trouve. Après, les contraintes de l’AOC, de la petite structure et de l’accréditation bio font que tout coûte forcément plus cher, mais bon.

Après oui, Il faut des cannes bio, des parcelles bio, une agriculture bio, du désherbage à la main, des fûts bio etc etc… et même un chais spécial bio car il semble que le rhum bio ne puisse pas vieillir au même endroit que du rhum classique ! Ce genre de label pas dutout exagéré quoi 🙂

Donc j’imagine que cela doit forcément se retrouver dans le prix de la bouteille, mais ça reste tout de même un sacré budget.

Niveau dégustation, le fût neuf a bien marqué le spiritueux mais sans que cela n’en devienne un immonde jus de bois pour autant, personnellement j’y trouve vraiment pas mal de gourmandise et de complexité.

Donc, mon deuxième risque frustration de l’année s’est tout aussi bien passé que le premier, rien de grave à signaler et pour moi ce Neisson est une réussite.

Rendez vous en 2028 pour déguster le Neisson 12 ans bio, j’annule mes 7 prochaines vacances d’été pour mettre quelques sous de côté 🙂

Note

88/100

https://rumtastingnotes.page.link/5fw8Popvd6vkoCxRA

2 Comments

  1. Ravi d’entendre que niveau frustration, ça se passe bien.
    Moi, je n’arrive pas à mettre la main sur le 15 ans batch 3… alors j’ai jeté mon dévolu sur ce petit vieux en attendant : )
    Volonté volonté… et franchement, que c’est bon !!!
    Je partage le point de vue (et la petite cicatrice au porte-monnaie)

    1. hahaha 🙂 🙂 Bon après, la cicatrice à ton porte monnaie est moindre qu’avec un 15 ans tout de même 🙂 mais on est d’accord !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *