La naissance d’un nouvel embouteilleur indépendant est toujours un moment assez sympa à vivre. Je vous propose donc à travers cet article de découvrir les 5 premiers embouteillages de Silent Ambassador.

Tout droit venu de mon plat pays, Silent Ambassador est presque un voisin pour moi, car c’est sur les terres limbourgeoises qu’il faut chercher son origine… Plus précisément, Helchteren en fait 🙂

Wim Vanoevelen, passionné de spiritueux, est entre autres l’importateur de Cane Island en Belgique et le propriétaire du magasin Tensu. À la recherche de nouveau challenge, la suite logique était d’embouteiller pour son compte et est donc né Silent Ambassador.

Un premier Caribbean blend et ensuite, 3 « vrais » fûts que nous allons déguster est décortiquer ce soir.

De cette sélection naîtront 3 rhums plutôt différents et, vous allez voir, il y en aura pour tous les goûts.

Venezuela CADC 2005-2019

Décliné en 2 versions, ce fût aura été embouteillé à moitié à la force du fût, 60% et l’autre moitié réduite à 49%. L’idée est sympa, ça permet de voir les différences apportées par une réduction.

Couleur

Acajou, très (très) gras

Nez

Version 49%

Nez assez aérien et léger… on y retrouve de la vanille, du caramel, des touches citronnées et quelques fruits dont la banane entre autres.

Version 60%

Nez plus fermé mais avec les mêmes marqueurs auquel le camphre pourrait s’ajouter. L’alcool n’est pas spécialement trop perceptible malgré les 60 bourrins de la chose.

Bouche

Version 49%

La bouche est douce, épicée, sur le fruité sec style noisette et limite un côté sherry.

Les fruits sont là aussi et une belle dose de caramel… sympa pour celui qui aime ce genre de profil.

La longueur est moyenne, comme souvent avec ce genre de ron.

Version 60%

Alcool très bien intégré en bouche mais qu’est-ce que c’est écœurant 😅 arf le caramel est en force quand même sur cette version… du coup le truc est plus monolithique en fait.

On y retrouve toujours du fruité derrière tout ça et quelques fruits secs dont la noisette… la deuxième gorgée est déjà plus sympathique, le palais a été mis au courant !

Prix

70€ le réduit et 75€ le full

Conclusion

Sympathique ron, sans être exceptionnel mais ça fait clairement le job… Je ne suis pas persuadé de l’intérêt de la version full, dans le sens où les amateurs de ce type de Ron iront plus vers les choses légères à mon avis, mais c’est peut-être l’occasion pour eux de voir ce qu’un ron à 60% peut donner.

C’est bien fait dans le style pour un prix accessible pour un rhum de 14 ans tout de même.

Score

84/100 pour la version réduite et 82/100 pour le FP

Monymusk 2007-2019

Pareil que pour le Venezuela, 2 versions sont proposées ici dont une à 64% qui me fait déjà peur 🙂

Provenant de Monymusk, ce jus aura vieilli 12 ans en grande partie, si ce n’est tout, en Europe.

Couleur

Vin blanc

Nez

Version 49.5%

Nez fruité, sur une étonnante poire ainsi que quelques épices dont la vanille et un brin de poivre. Un côté brioché, beurré est également de là partie

C’est plutôt léger en alcool, agréable et frais sans être trop fermé.

Version 64%

Nez plus beurré et légèrement moins fruité, il va lui falloir du temps 😅

La poire revient encore mais avec un côté solvant plus prononcé. La vanille, muscade et le poivre sont toujours là, accompagnées d’une discrète olive.

Bouche

Version 49.5%

Bouche plutôt huileuse et vive sans autant être trop explosive.

On retrouve les fruits mais plus acides, plus vers l’ananas en fait. Le poivre est présent aussi et la finale est plutôt soutenue sur le toaste et le poivre.

Plutôt pas mal sans être extraordinaire, c’est frais, fruité et avec léger boisé.

Pas trop de traces de solvant ou autres grosses olives.

Version 64%

La bouche est plutôt violence, les watts sont bien présentes et ça pique assez bien.

Les marqueurs sont les mêmes que le réduit mais avec un toasté en finale qui se fait plus amer sur le chocolat noir et le tabac.

Un peu trop brut de décoffrage tout de même…

Prix

66€ le réduit et 73 le full

Conclusion

J’aime assez bien le réduit en fait, cette poire est plutôt atypique et je trouve le tout agréable à déguster…. surtout pour 66€ !

Le full, même après 1h de grosse aération, il cogne tout de même un peu. À réserver aux amateurs de sensations fortes 🙂

Score

85/100 pour le réduit et 82/100 pour le FP

Uitvlugt 1997-2019

Couleur

Nez

Alcool, fruits, camphre, crème brûlée, poivre blanc, bâton colle pritt , herbacé.

Profil très PM, avec pas mal de fruits, de la fraîcheur et un côté médicinal plutôt inhabituel.

Bouche

Douce, crémeuse, métallique… c’est très doux en fait.

Les fruits, la vanille crème brûlée, peu de traces boisées, légère amertume type pm, des agrumes citronnés.

Longueur moyenne par contre, la finale légèrement sur le toast et l’olive, limite un côté jamaïcain en fait.

Prix

140€

Conclusion

Beau PM, manque peut-être d’un peu de peps et de longueur mais tout y est. Je ne retrouve pas la classe du 21 ans de Whisky Mercenary mais ça reste plutôt bien fait.

Nous dirons donc « encore » un beau Port Mourant Continental….

Score

86/100

Conclusion

Que retenir de ces embouteillages ? et bien que c’est bien fait, pour un tarif relativement accessible et cela est probablement une très belle entrée dans le monde des rhums « plus pointus ».

C’est proposé à un prix très intéressant et ça sort légèrement des sentiers battus, comprendre WP, Fiji et Foursquare 🙂

Bonne continuation !

Vous devriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *