Nouvelle sélection martiniquaise pour Hubert Corman, cette fois ci c’est du côté de Bally que nous nous promenons… et pas n’importe lequel car du haut de ses 18 ans en fût, cette sélection est de fait le Bally le plus âgé jamais mis en bouteille.

Sélectionné à partir de 3 échantillons proposé par Marc Sassier à Hubert, suivant plusieurs critères discutés au préalable, j’ai eu l’énorme chance de pouvoir déguster ceux ci lors de la sélection à Battice.

Naïvement, j’aime à penser que j’ai eu mon petit mot à dire dans cet embouteillage, même si évidemment je ne suis qu’un tout tout petit maillon dans toute l’histoire… mais bon, le moment aura été vraiment chouette !

Lors de cette sélection, les 3 échantillons proposés étaient tous d’une très belle qualité et nous avions droit aux millésimes suivant 2000-2006-2008… Tous les 3 d’excellente qualité soit dit en passant…

Sélection de 3 J.Bally

Pour la petite histoire, arrivé au 2000, notre première impression à tous les deux aura été un franc et académique « Bordel de putain de merde, c’est bon ça ! « … autant dire qu’il aura fait mouche assez rapidement 🙂

Comme pour le Trois Rivières 2005, Hubert à souhaité personnaliser l’étiquette ainsi que la boite… et plutôt que d’indiquer le millésime, il décide d’afficher l’âge de ce vénérable Bally.

Pour les férus de transparence, tout ce qu’il faut savoir et même plus est indiqué sur la boîte. Ainsi le plaisir à la dégustation n’en sera que décuplé 🙂

Titrant 56.8%, ce Bally aura donc été distillé en 2000 pour être dépoté en 2018. Une longue année plus tard, celui ci est embouteillé après une bonne cure d’aération… 408 bouteilles de 70cl auront été produites à partir de ce fût unique.

Couleur

Vieil acajou, très sombre et gras…

Nez

Le premier nez nous dévoile un rhum étonnamment fruité sur les agrumes, l’orange sanguine, l’abricot en confiture et même quelques notes florales. Je dis étonnamment car après 18 ans dans son fût, on s’attend plus à des notes tertiaires.

Le tabac brun, le boisé cendré, l’encaustique, le camphre, la réglisse viennent ensuite remettre les choses dans la logique.

Le boisé est redoutablement gourmand, il nous offre du beau chocolat, des fruits secs, des traces vanillées, un léger côté de poudre à canon pour un gros côté « reviens y ».

Les presque 57% sont plutôt bien intégrés et n’agressent en rien ce chaleureux spiritueux.

Bouche

La bouche est chaleureuse, gourmande, crémeuse et les traces du fût sont plus présentes ici qu’au nez.

Les boisé est toujours aussi chocolaté, noble et en aucun cas trop astringent… il confère à ce rhum un côté très gourmand en fait et semble très maîtrisé.

L’année d’aération aura certainement joué sont rôle dans cette relative accessibilité. Des traces de fruits secs et de réglisses terminent pour ce qui est des arômes tertiaires.

Les fruits réussissent quant à eux à émerger dans tous cela avec un belle grosse confiture d’abricots, des agrumes et des traces plus épicées comme la cannelle et la muscade entre autre.

La longueur est très soutenue sur la poudre de chocolat noir et les épices.

Prix

149€

Conclusion

Un rhum agricole de Martinique de 18 ans est toujours quelque chose d’assez rare et exceptionnel à déguster.

Ici, ce Bally 18 ans aura vraiment été façonné par le fût de Cognac, offrant à ce spiritueux une belle complexité et surtout une gourmandise incroyable…

Loin d’être un un jus de bois imbuvable, ce Bally réussi le paris d’être abordable tant d’un point de vue dégustation que financier.

En effet, 149€ pour un rhum agricole AOC du 18 ans, c’est assez rare pour être souligné.

Un superbe rhum d’hiver 🙂

Note

90/100

Vous devriez aimer...

5 Comments

  1. Waw, acheté sur la compagnie du rhum après avoir lu cet article, merci, je ne le regrette vraiment pas !

  2. Bonjour,

    je suis surpris par « l’année d’aération », car l’élevage en fût est déjà très oxydatif, avez-vous des informations supplémentaires à ce sujet ?

    Merci d’avance :o)

    1. Alors je ne suis pas un grand chimiste mais le fait de sortir le jus du fût et de le laisser en cuve inox ou foudre peut modifier, lisser le spiritueux afin d’atténuer certains arômes dont notamment les grosses traces de boisé …. Je pense 🙂

  3. i am from Italy hello. Can you help me translate? /rardor

    1. Hello

      Of course, just click on the English flag on the menu 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *