Caroni 21 yo (The Duchess)

Caroni 21 yo (The Duchess)

20 mai 2019 0 By Roger

Comme souvent ces derniers mois, je vous reviens avec une note de dégustation sur un Caroni…. hé oui, même si il y en a de moins en moins, il en reste tout de même un bon paquet. Ce soir, c’est la version The Duchess qui est à l’honneur avec son 21 ans.

Distillé en février 1998 sur le site de Caroni et mis en bouteille en mars 2019, ce rhum de 21 ans aura, je pense, vieilli une partie de sa vie en Europe.

Comme souvent, on ne connait pas exactement quand ce jus est arrivé en Europe, mais bon, une partie des stocks de Caroni vieillissant pour le moment en Europe n’y serait que depuis 2008.

Titrant 64.1%, celui ci n’a donc pas subi de réduction et est proposé brut de décoffrage.

A noter la nouvelle étiquette de la série “flowers” de l’artiste Hans Dillesse, comme toujours très réussie…

Belle couleur que ce Caroni 21 ans…

Couleur

Bel acajou, plutôt gras… Même très gras en fait 😁

Nez

Assez lourd, on y retrouve directement les principaux marqueurs caroni, à savoir un aspect hydrocarbures, caramel brûlé, le cuir, le menthol et une belle corbeille de fruits exotiques cuits.

La banane, l’orange, une pointe de mangue poivrée se font sentir après une belle aération… Mais cela reste tout de même plutôt typé caroni avec un côté fumé, huileux, caoutchouc assez présent.

Les 64% sont présents, on sent que c’est du lourd mais cela n’est pas trop dérangeant.

110% caroni donc et une version brutalement douce… Oui je sais, ça veut rien dire mais voilà, c’est ce qui me vient à l’esprit.

Le jus est bien intégré niveau alcool, ça reste plutôt rond mais les arômes sont assez extrêmes.

Bouche

Pareil, nous sommes à fond chez caroni pour une bouche portée sur la réglisse, le caoutchouc, le caramel bien brûlé et encore un aspect bien fumé et beurré.

Le boisé est plutôt marqué aussi avec une légère amertume, astringence, chocolat, café torréfié et une légère vanille.

J’aurais tendance à la qualifier de “dirty” en fait… le genre de truc pas hyper sexy, pas très fruité ni très poli mais drôlement bien foutu tout de même.

L’alcool est bien fondu à l’ensemble, c’est très agréable à déguster pour un spiritueux si élevé en watts.

Prix

199€… oui ça commence sérieusement à piquer Caroni, on le répète mais c’est la triste réalité.

A mon avis, ça se fait déjà grandement plaisir au niveau des brokers et donc les embouteilleurs ne font que suivre le mouvement.

Conclusion

Très caroni, peut être trop sur ce coup en fait 🙂

Celui ci est très marqué par la bois ainsi qu’un gros fumé qui a tendance à prendre le pas sur le reste.

À voir une fois la bouteille bien aérée, en attendant ce rhum est fait pour le amoureux de gros caroni bien virils. Si vous êtes dans ce cas, jetez vous sur cette quille !

Personnellement, je préfère quand le fruité parvient à se faire plus de place, mais cette dégustation aura été très sympa tout de même.

Note

86/100

  •  
  •  
  •