Rhum

Savanna Collection Métissage

Savanna est de retour en cette année 2021 avec une toute nouvelle série appelée « Métissage »… Après la série Wild Island qui se voulait être un hommage au caractère luxuriant et sauvage de l’île de la réunion, nous voici avec une nouvelle évoquant « les racines mêlées des Réunionnais venus travailler la canne à sucre sur l’île dès la fin du 19ème siècle : Inde, Mozambique, Madagascar ou encore Chine, autant d’origines qui enrichissent depuis toujours le melting-pot de cette terre métissée« .

La dernière phrase est bien torchée hein ? ben oui, je l’ai honteusement emprunté sur leur page Facebook parce que je suis pas très doué pour les introductions 🙂

Soit, revenons à ce qui nous occupe, cette nouvelle collection où nous aurons droit à 3 rhums traditionnels et un Grand arôme. Là où nous avions un plus grand florilège de ce que Savanna sait faire, ici on reste sur la grosse mélasse et un High Esters

Maputo

Ce Maputo est un Rhum traditionnel vieux du millésime 2003 et âgé de 16 ans. Il a été affiné dans un fût d’armagnac venant de la maison Darroze et titre un puissant 64.2%.

Nez

Etonnement pas si fermé que cela en regard des watts assez hautes. Directement on peut retrouver des notes acidulées et de solvant nous rappelant un rhum High Esters. Le tout mêlé à un épais boisé qui nappe vraiment ces différents arômes sans être too much.

Le boisé est plutôt gourmand en fait, torréfié, épicé et des notes plus mentholées viennent donner un peu d’air à cet ensemble pour le moins concentré. Le caramel, le mocha, la vanille viennent ensuite napper ce nez de leur présence.

Les fruits sont de la partie aussi avec de l’orange, des notes de cerises, de banane, abricot, raisin et de bonbon arlequin.

Vraiment un nez complexe et agréable, je suis assez bluffé par l’intégration de l’alcool qui est vraiment très équilibré… incroyable.

Bouche

Grasse et plus vive que ce que le nez ne laissait présager, les notes boisées sont ici également plus marquées avec pas mal de fruits secs comme la noix, la noisettes suivie de notes de tabacs, de caoutchouc et de chocolat noir amère.

L’ensemble est toujours assez concentré mais les fruits semblent plus en retrait, cette orange bien fraiche trouvée au nez se joint à des fruits plus confits comme la figue entre autre, mais cela reste en retrait.

La fin de bouche nous propose des notes plus acidulées et mentholés, venant donner un côté plus aéré à cet ensemble plutôt marqué par le boisé.

Prix

127€ (50cl)

Conclusion

Nez très intéressant mais la bouche me semble peut être un chouia trop marquée par le bois. Moyennement fan je dirais.

Note

86/100


Fort Dauphin

Rhum traditionnel vieux de La Réunion du millésime 2003 aussi, cette version est un fût frère du Maputo et a bénéficier d’une réduction afin de le ramener à 44.8%. Affinage en fût d’Armagnac aussi.

Nez

Bien plus direct que le Maputo, la réduction permet à ce rhum d’être « clés en main », pas besoin d’un ventilateur pour profiter de ses notes épicées, boisées, caramélisées et fruitées… Les fruits sont clairement confits ici, nous ne sommes pas sur la fraicheur d’une pomme juste mure ou autre.

Les fruits secs sont grillés, caramélisés et une légère touche chocolatée conforte le côté très gourmand de ce nez.

Pour terminer, un touche mentholée et un voile fumé font leur apparition avec le temps.

Bouche

Douce, la réduction apporte encore une certaine facilité de dégustation. Le profil est assez boisé et épicé, comme découvert au nez, la place au fruité est plutôt limitée.

La réglisse, le tabac, la muscade, le chocolat se font la part belle de cette bouche. Un côté vineux, rancio apporte une certaine lourdeur à l’ensemble et les fruits font leur apparition avec notamment l’orange sanguine et le raisin. Tout cela provenant plus que probablement de la finition.

La finale est plutôt soutenue et légèrement amère.

Prix

124€ (50cl)

Conclusion

Bon rhum, assez « facile » à déguster sans que cela ne soit péjoratif.

Note

87/100

Madras

Place au seul grand arôme de cette collection, le Madras qui met en avant les origines Indiennes de l’île. Distillé en 2007, ce rhum à vieilli dans le chais humide de la distillerie durant 12 ans. 678 bouteilles ont été produites titrant chacune, forcément, 60.3% d’alcool.

Nez

De fait, on entre effectivement dans le côté « estérisé » de la distillerie, ça sent la colle, le solvant, les fruits pourris, le bonbon arlequin, les raisins secs et légèrement l’olive.

Le profil évolue sur quelque chose d’assez pâtissier, brioché avec pas mal de fruits tropicaux, des fruits rouges, aucun fruits bleus, et enfin son lot d’épices avec la réglisse, la muscade. Les 12 ans laissent quand même quelques traces, mais comme souvent sur ces profils très « tendus », cela ne prends que très rarement le dessus.

L’alcool semble bien intégré, aucune agression et ça j’aime assez bien.

Bouche

Plutôt calme face au 60% d’alcool, le premier profil est plutôt mentholé… fort mentholé même. Ensuite, les olives arrivent suivies directement par le fruité et encore ce profil beurré.

Le boisé prend ici bien plus de place qu’au nez, les épices et les fruits secs se mêlent au tabacs et au chocolat noir.

La finale est aussi marquée par le boisé avec un côté toasté, chocolaté et épicé et légèrement amère…

Prix

129€ (50cl)

Conclusion

Un grand arôme nettement moins réussi que ceux de l’Island Collection de l’année passée… un peu déçu, tellement j’avais aimé « le lave » et « le forêt ».

Loin d’être mauvais mais j’ai juste pas spécialement pris de plaisir avec cette version.

Note

84/100


Canton

Rhum traditionnel distillé en 2007 et vieilli 12 ans à la Réunion. Embouteillé 300 petites fois, ce rhum a bénéficié d’une finition en fût de moscatel. Ce single cask était Ze bouteille que tout le monde cherchait de part sa rareté… est ce que le contenu était aussi recherché ?

Nez

Le nez est très parfumé/toasté… Une vrai marmelade de fruits sur une biscotte 😋

Les agrumes, abricots, cerises confites, raisins sont accompagnés de notes sucrées, caramélisées et de café. C’est très riche, très gourmand et prometteur… J’aime bcp.

L’alcool est très bien intégré, rien ne dépasse.

Bouche

La bouche est plus marquée par le bois, sans pour autant voir les fruits disparaître. Un chocolat noir recouvre ce fruité exotique, mêlé au caramel et une touche torréfiée/fumée.

La longueur, pas folle, nous laisse sur une finale marquée par les fruits secs et le boisé.

Prix

128€ (50cl)

Conclusion

Très sympathique rhum, assez gourmand qui devrait bien évoluer avec le temps je pense… J’ai personnellement préféré le nez, il est à tomber.

Je terminerais sur ceci: « Pas de canton, pas de collection…désolé, c’est la règle ! »

Note

89/100

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *