Rhum

Plantation Clarendon 2003

Ma toute première vrai dégustation de Rhum s’est faite il y plusieurs années en compagnie de Matthieu Gouze de chez Plantation. Un de mes premiers coups de cœur avait été leur Guatemala XO mais depuis, j’étais resté sur l’idée que cet embouteilleur proposait peut être trop de rhum « saucés » pour moi en fait.

Erreur, car effectivement ça leur arrive de sucrer en toute transparence certaines de leurs cuvées, mais comme il en faut pour tout le monde, ils ont bien compris avec leur gamme « Extrême » que les geeks n’appréciaient que moyennement la pratique. Du coup, nous voici donc 5-6 ans plus tard à discuter d’une des nombreuses nouveautés de la Maison Ferrand, le Clarendon 2003 et sa splendide étiquette ainsi que son dosage égal à 0 gramme par litre.

Distillé donc en 2003 chez Clarendon, propriété de « National Rum of Jamaica » qui elle même est détenue à un tiers par la Maison Ferrand, ce rhum aura bénéficié d’une longue fermentation de deux semaines et d’un vieillissement de 16 ans en Jamaïque en fûts de bourbon et 1 an au Château de Bonbonnet en fûts de cognac Ferrand. Le mark de ce rhum est MMW qui veut bien entendu dire… heu je sais pas.

Cet embouteillage titre 49,5% et est issu de l’assemblage de 29 fûts de ce millésime. Pour ce qui est de la suite des chiffres, vous trouverez toute l’information souhaitée sur la superbe étiquette ci dessous 🙂

Couleur

Acajou, vieil or

Nez

Funky, c’est le moins que l’on puisse dire !

Directement, l’ananas rôti et la banane verte viennent nous caresser les narines et nous transportent immédiatement sous les tropiques. Les fruits plus confits ne sont pas en reste, avec un côté presque pruneaux et raisin de Corinthe.

Ensuite, on tombe assez vite sur un profil bien plus gourmand où le massepain, la pâte d’amandes, la frangipane s’acoquinent avec un léger boisé, de la muscade et un belle touche de vanille bien gourmande. Le tout avec une légère trace de solvants et d’olives propres à la Jamaïque.

Ça reste vraiment typé Jamaica mais sans être dans l’exagération. C’est un nez plutôt gourmand et équilibré où l’alcool est vraiment bien intégré.

Bouche

La bouche est douce, mais avec néanmoins assez de peps pour ne pas tomber dans la liqueur de grand mère 🙂

On y retrouve le profil fruité du nez avec une présence plus importante du boisé je trouve. Les épices s’entremêlent avec des notes plus exotiques, le tout sur un profil hyper gourmand.

Les fruits confits sont encore très présents avec toujours ce pruneaux, la mangue séchée, la banane verte et une pointe de vanille très gourmande.

La finale est plutôt longue sur une amertume chocolatée qui peut déranger au début, mais dont on s’habitue assez vite, la première gorgée passée.

Prix

79€

Conclusion

Très belle surprise que ce Clarendon en mode Plantation. Vu la finale plus boisée, je pense que l’année passée en fût de Cognac a bien aidé à rendre ce jus d’une gourmandise folle.

Le genre de bouteille idéale pour présenter à un novice ce qu’est un rhum de Jamaïque, tout en étonnant un amateur plus confirmé.

Petite remarque sur le prix qui est des plus attractif pour un rhum de cette qualité… comme quoi, c’est possible !

Bravo ! Maintenant on va aller voir ce qu’ils nous ont fait avec le Fiji 🙂

Note

88/100

3 Comments

  1. Jé rhum says:

    Ça y est, tu m’as décidé je viens de recevoir le Jamaïque et le Fiji également. Pour le taux d’esters il est indiqué 422 g/hl sur la bouteille. Merci Roger pour ton blog

  2. Salut Roger
    il me semble que le mark MMW chez Clarendon correspond à un taux d’esters compris entre 200 et 300…
    mais je suis pas sûr à 100%, j’ai dû lire cela sur un autre site parlant rhums.

    1. Merci bien pour l’info, en tous cas, on m’a dit la signification:

      MonyMusk Wedderburn et il est effectivement sensé être dans ces eaux là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *