Habitation Velier 2019

Habitation Velier 2019

27 mai 2019 0 By Roger

2019 est déja bien établi, le moment est donc enfin arrivé de déguster les 3 nouveautés 2019 de chez Habitation Velier ! Petite nouveauté cette année, nous avons droit à un linup 100% Jamaïcain avec deux nouvelles destinations.

En effet, Long Pond et Monymusk rejoignent la belle équipe formée par Hampden et Worthy Park depuis les début de cette nouvelle collection.

Au menu donc, du Jamaican Pure Single Rum avec:

  • Un nouveau mark de chez Hampden, le HGML de 2010
  • Le TECA 2005 de chez LongPond
  • Un Monymusk 2010 EMB

Le tout étant proposé en mode bourrin avec un voltage à 62% pour les trois, interdiction d’avaler de travers sinon ça risque de piquer un peu 🙂

Avant de commencer, ces trois rhums seront restés 45 minutes en plein air, histoire qu’ils me racontent autre chose que aaaaargh

Hampden 2010 “HGML”

Distillé en 2010 dans la vénérable maison Hampden, ce rhum aura vieilli tranquillement (j’imagine que les chais de Hampden doivent être plutôt calmes:) ) sur place durant 9 ans, perdant au passage 64% de son contenu.

Le mark HGML serait juste au dessus de <>H en terme de teneur d’esters et donc plutôt exubérant… Avec ses 62%, il semble par contre plus calme que le HLCF qui était, pour ma part, trop haut en alcool.

Pour la petite histoire, HGML signifie Hampden George MacFarquhar Lawson, en hommage à un ancien propriétaire de la distillerie…mais bon, c’est vraiment pour la petite histoire hein 🙂


Couleur

Rhum plutôt clair, mais rarement vu pareil gras en fait.

Nez

Classique Hampden dirais je, avec de gros fruits biens passés, une pointe d’olive, de la vanille, des solvants, du poivre 5 baies (voir même 6 en fait), un côté tapenade d’anchois…

C’est plutôt doux, limite crémeux/beurré en fait… Mais cette olive/iodé est tout de même très présente.

Le boisé est plutôt discret et le témoignage du passage en fût nous est comté par une légère vanille, amandes et la muscade

Bouche

Puissante, sur les fruits dont l’ananas en tête ainsi que la banane bien mûre suivi directement par une belle olive.

La tapenade d’anchois, le fumé en rétro olfaction, rien à dire c’est bien un hampden !

Plutôt crémeux et gras en fin de bouche, une acidité sur le citron vient terminer cette dégustation.

C’est étrangement rond au final… 🙂

Prix

130€… enfin, ça c’était avant car la spéculation s’attaque déjà à ce genre d’embouteillage, au final pas si limité que ça. (800 bouteilles)

Conclusion

Très belle version Hampden, étonnamment grasse et presque accessible par rapport à un HLCF par exemple.

Allez, j’avoue, je ne partais pas vraiment en confiance avec celui ci mais force est de constater que c’est probablement le meilleur hampden trouvable à l’heure actuelle.

Cela n’en fait vraiment pas un “daily dram” plaisir mais la violence dans la dégustation semble nettement plus modérée.

Note

88/100

Long Pond 2005 “TECA”

Ce jus a vu le jour en 2005 à Trelawny aussi, mais chez les voisins Long Pond cette fois. Vieilli sur place aussi durant 14 ans, cela fait de lui le plus vieux rhum embouteillé par Habitation Velier, perdant au passage 80% du jus. Bonjour la concentration !

Du haut de ses 62%, il semble avoir été légèrement réduit car les 3 ont le même voltage…coïncidence ?

Le mark sur la bouteille mentionne TECA, comme le Long Pond 2003 sorti l’année passée… et cela semble un truc de grands malades avec taux d’esters complètement fou, entre 1200 et 1300 g/hlap !


Couleur

La plus chargée du lot, ça me fait limite penser à un enmore bien gras

Nez

Lourd, puissant, complexe et riche… Un demerara sous amphétamines en fait.

Y’a du gras, du grillé, du fumé, du caramel, du solvant… Mais avec une grosse acidité ananas/papaye/vinaigre de framboise, une pointe de coco et un côté bien poivré.

Ça fait limite penser au blend Guyana/Jamaica de twelve en fait.

Limite écoeurant tant cet ananas est présent.

Bouche

Pwaaaaaa c’est quoi ce truc ?!? Fraise tagada, solvants, colle, coco, vanille, boisé amère, iodé, olive.

C’est un herr/port mourant en fait ce brol 😅

C’est vraiment hyper complexe, incroyable ce qu’il y’a la dedans. Vraiment un coktail détonnant mais tout de même un peu rude après 2 gorgées.

C’est plutôt écœurant et astringent en fin de bouche avec une finale boisée/chocolatée.

Prix

170€

Conclusion

Bon, le type qui me liquide cette quille en moins de 2 ans, faudra qu’il m’explique comment il aura fait.

Mauvais ça ne l’est pas, c’est même plutôt intéressant… mais ça reste quelque chose de bien trop extrême pour la plupart des habitants de cette planète, moi le premier 🙂

Alors oui, je suis content d’avoir dégusté ça, mais franchement je trouve cela juste trop exagéré. Ce n’est clairement pas la genre de rhum que je recherche, ça pulse, ça envoie mais je ne vois pas trop où se trouve le plaisir en fait…

Note

82/100

Monymusk 2010 “EMB”

Dernière nouveauté, Monymusk et ce rhum âgé de 9 ans en climat tropical et titrant lui aussi 62%… vraiment, je ne pense pas du tout que cela soit une coïncidence, et cela me rassure car du coup cela veut dire que Luca semble avoir décidé de calmer un peu le jeu de la course aux watts, c’est trèèès bien !

Le mark EMB provient de Bog Estate et peut être considéré comme un Wedderburns, c’est à dire plus de 200 g/hlap pour un rhum aux arômes plus corsés/lourds, un fruité plus prononcé et piquant (pungent). Un rhum lourd (merci durhum)


Couleur

Vraiment plus acajou que le hampden, étonnant pour un rhum du même âge !

Nez

La légende n’est pas fausse, ça sent vraiment le champignon !

Mais pas que, perso je lui trouve un léger côté floral en fait, qui nous évite de partir dans un côté trop terreux

La vanille Bourbon est plutôt de mise aussi ainsi que pas mal d épices dont le poivre blanc, la muscade.

Les fruits sont là aussi, la coco entre autre même si cela reste discret. L’alcool est présent mais reste contenu.

Bouche

Très porté sur la vanille, la coco, le caramel cuit… C’est assez déroutant par rapport au nez en fait.

Par contre, la longueur n’est pas incroyable hormis une petite pointe d’olive/fumé et terreuse (champignons).

Limite écoeurant en fait… Très gourmand, piquant aussi mais au final une belle surprise. J’y trouverais même un petit côté foursquare mais en mode no control.

Prix

110€

Conclusion

Étonnant c’est le mot… Perso je trouve cela très intéressant, peut être un peu puissant, il aurait été sympa de déguster ça à 50/55% je pense.

Dommage pour le côté légèrement écœurant, mais c’est très bien fait.

Note

86/100

  •  
  •  
  •