Retour sur un rhum de l’autre distillerie de Trelawny, Long Pond et ses rhums très aromatiques. Enfin pas tout à fait Long Pond mais plutôt un rhum distillé là bas mais mis en bouteille par Plantation à travers sa gamme « Extrêmes ». Collection qui met en valeur des rhums à leur degrés initial.

Plantation nous gratifie donc d’un rhum vieux de 21 ans en climat tropical suivi, comme à leur habitude, d’une année à Ferrand dans un fût de cognac….

21 ans tropical ? Oui mon bon monsieur, cela venant plus que très probablement des stocks de rhums jamaïcains dormant dans les chais de Wray and Nephew. Stock qui servait principalement aux assemblages de la dite distillerie appartenant à Appleton.

Jusqu’au jour où on demanda à Joy Spence, la master blender d’Appleton, de choisir les fûts dont elle n’avait pas d’utilité afin de les vendre… Ce qui ne veut pas dire mauvais fût, mais juste ceux qui ne servaient pas spécialement dans les différents assemblages du groupe…

Le rhum qui nous occupe ce soir est du mark HJC et aura été distillé en 1996 sur l’alambic John Dore de la distillerie. Titrant 56.2%, ce spiritueux n’aura pas été dilué (?) et sera embouteillé 2121 fois.

Notons le design très classe et réalisé par un artiste jamaïcain, un certain Troydel Wallace.

Mon copain Cyril de durhum.com nous a proposé une chouette visite de la disitllerie ici pour ceux que ça intéresse.

Couleur

Beau rhum acajou

Nez

Riche et opulent…. ok, ça veut pas dire grand chose mais c’est ce qu’il me vient directement à l’esprit.

On y retrouve des traces de boisé mais sans que cela ne soit de trop, de fines notes d’olives, des fruits très murs tels la banane, le citron et la mandarine. Les épices ne sont pas en reste non plus avec une belle vanille et une pointe de muscade.

Un côté caramélisé vient s’ajouter à ce panel avec le temps ainsi que certains fruits secs comme la noisette et l’amande… C’est toasté, légèrement fumé et grillé.

Bouche

L’entrée en bouche est vive, boisée et fruitée…. les 56% se font sentir mais sont tout à fait gérables.

Les premières traces de boisé avec le tabac, la vanille, le grillé, le toasté font place à des fruits cuits et des fruits secs avec l’amande et un côté frangipane.

Le chocolat noir, les épices et les olives nous accompagnent ensuite dans une longue finale où les années passées en fût nous sont comptées… les 21 ans se font clairement remarquer !

Prix

180€

Conclusion

Bel expression d’un vieux Long Pond où le boisé est bien entendu présent mais pas que… les fruits et les notes saumurées sont dans la place aussi afin de nous offrir un rhum riche, complexe et plutôt agréable.

Après, cela reste un très vieux rhum donc il ne faut pas être trop dérangé par les tanins, le toasté et le funky de la Jamaïque.

J’imagine que la dernière année se sera passée en fûts roux, fût ayant déjà accueilli plusieurs jeunes eaux de vie et ne donnant plus aucun tanin. Celle ci aura permis justement de bien reposer et oxyder le spiritueux.

Plus peut être une petite « aide » de plantation afin de rendre le tout plus sexy 🙂

Score

89/100

Vous devriez aimer...

2 Comments

  1. Bertrand J. says:

    Super rhum et très bel article !

    Bravo et bonne continuation.

    1. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *