Trois Rivières 1998/2012

Aujourd’hui, retour sur un rhum qui m’accompagne depuis presque le début de ma passion pour ce spiritueux, le Trois Rivières 1998/2012.

Attention, des versions 1998 il y en a quelques unes, mais celle ci est un peu plus particulière car elle n’a été disponible que pour le marché belge, afin de fêter les 10 ans de la maison du rhum.

Sélectionné donc chez Trois Rivières par John van der Pluym, ce fût à la particularité d’avoir un douelle sur deux en châtaigner et non en chêne classique. Mis en fût le 31 octobre 1998 et embouteillé le 9 novembre 2012 à 46,2% pour un nombre total de 272 bouteilles, ce rhum est donc âgé de 14 ans sous les tropiques.

Niveau cv, ça envoie quand même du lourd !

A savoir que ce rhum commence à acquérir son petit statut de Licorne dans le monde des spiritueux. Beaucoup ont été bues et partagées (dont la mienne 🙂 ), donc les dernières restantes sont plutôt rares et recherchées.

Couleur: ambré tirant vers le brun. Le liquide est relativement gras et un léger disque vert se dessine sur le dessus.

Très belle couleur témoignant de ses 14 années en fûts sous la chaleur martiniquaise.

Nez: Le nez est très riche, très parfumé, très chaud sur la banane cuite, les fruits confis, les fruits secs, les épices, la cire d’abeille, le caramel, la confiture d’oranges.

C’est très doux et chaleureux. L’alcool est très discret et nous avons là encore un beau rhum “parfum”. Une petite pointe de réglisse se fait sentir avec l’aération.

Hyper fan de ce genre d’agricoles pleins de gourmandise. Ce nez est juste fantastique !

Bouche: en bouche c’est très délicat, presque sirupeux, avec les fruits exotiques, l’orange sanguine, les fruits à coques, les épices qui prennent directement toute la place.

Le tabac, le bois noble, le chocolat , la réglisse viennent terminer ce superbe tableau où tout semble avoir sa place sans écraser le reste. Ce rhum est d’une maitrise incroyable du début à la fin.

La finale est longue sur la réglisse et la muscade.

Prix: 130€ à l’époque. J’avais réussi à choper in extremis la dernière bouteille chez Distillicious. Aujourd’hui, comme je le disais en préface, on est directement dans les 400/500€ minimum pour la trouver.

Conclusion: Ce rhum est juste génial, à l’image du chantal comte 1980 il a tout ce qu’il faut pour être un très grand du monde agricole.

Vraiment une petite bombe que John van der Pluym a réussi à trouver et embouteiller pour notre plus grand bonheur… magnifique du début à la fin, ce rhum fait partie des bouteilles à avoir dans sa collection.

Bravo !

MIAM MIAM ++

 

 


Encore un peu de lecture ?

Ce rhum étant soldout depuis un bail, vous vous doutez bien que d’autres illustres copains l’auront disséqué avant moi 🙂

  • Cyril nous explique ici comment il l’a trouvé aussi génial que moi.
  • La légion rhumaine l’avait dégusté en parallèle avec un single cask ‘classique’ de 1998.
  • Laurent l’a mis en concurrence avec l’ensemble des 1998 martiniquais mais semblait moins emballé. (jaloux de na pas avoir la bouteille je parie !)
  • Serge nous en parle ici entre 5482 whisky 🙂
  • 23
  •  
  •  
  •