Long Pond 1977

Long Pond est une distillerie emblématique de la Jamaïque produisant de fameux “High Esters Rums”, tout comme Hampden peut le faire.

Datant de 1753, celle ci fait maintenant partie de NRJ (National Rums of Jamaica, pas la radio 🙂 ) propriété du gouvernement Jamaïcain et des distilleries West Indies et Demerara Distillers.

Après le rachat de West Indies Rum Distillery par Maison Ferrand (Plantation), ceux ci se sont retrouvés automatiquement propriétaires d’une partie de NRJ (33%) et donc de facto de Long Pond aussi…. voila pour le rapide tour du propriétaire.

Si vous le souhaitez, coktail wonk a fait un super article sur la distillerie avec un très beau reportage photos.

Ce soir, on remonte donc en 1977, l’année où Niki Lauda gagna le titre avec une superbe 312T2 et où la distillerie passa sous contrôle total du gouvernement de Michael Manley.

35 ans plus tard, en 2012, Hubert Corman a la possibilité de faire son choix entre 6 fûts de 1982 et 3 de 1977 ou de prendre le lot en entier. Il se fait donc envoyer 30 cl de chaque fût en version full et réduite.

De cette “confrontation”, deux échantillons réduits sont sortis du lot avec une amplitude et une finesse comme il aime. Il sélectionna donc un 1977 et un 1982 réduit chacun à 50%.

A noter que les fameux Berry Bros & Rudd Jamaican 1977 et 1982 proviennent du même lot.

Concernant les étiquettes, Hubert à choisi  un style plutôt whisky qui étaient assez proche de ce que faisait Ian McLeod pour Chieftain’s Choice .

De fait, ça ressemble assez bien 🙂

Il y a eu pour chaque version +/- 240 bouteilles aujourd’hui évidemment toutes vendues.

Superbe couleur….

Bon alors, ça raconte quoi cette histoire ??

Couleur: magnifique rhum acajou, assez luisant. Les jambes se dessinent lentement le long du verre.

Nez: un nez assez parfumé et boisé. On sent les épices avec de la cannelle en tête, la muscade et du sucre roux.

Le fruité jamaïcain n’est pas loin non plus avec l’ananas et la banane cuite. Une belle odeur beurrée, brioché est également de la partie et nous donne une belle impression de douceur, limite un rhum crémeux.

Un côté plus médicinal vient poindre le bout de son nez avec des airs de vieille chartreuse, ce qui donne un coup de fraicheur à l’ensemble.

Ce nez est assez complexe et envoutant. On sent que ce rhum a pas mal d’histoires à nous raconter et ça promet un beau moment de dégustation !

Bouche: l’attaque est assez vive avec les 50% mais tout a fait appréciable. D’emblée les notes boisées/épicées sont de la partie, histoire de nous rappeler que ce vénérable rhum aura patienté 35 ans dans un fût au fin fond de l’Ecosse (en fait j’en ai aucune idée, si ça se trouve il était en plein centre d’Edimbourg).

La vanille bourbon est dans la place ainsi que les agrumes avec une belle orange confite et du citron donnant un côté acide et vivifiant à l’ensemble.

C’est très parfumé même si le boisé à tendance à légèrement prendre le dessus avec un côté noix. Cela rend ce rhum assez viril sans être trop amère ou étouffant.

La réduction est bien pensée car elle laisse s’exprimer 2 facettes, à savoir le fruité d’un côté et le boisé/épicé de l’autre pour terminer sur une petite amertume chocolatée du meilleur effet.

La longueur est juste en rapport avec l’âge de ce vénérable jus, énorme.

Coût: alors restez assis, cette bouteille coutait 110€…. oui, c’était déjà une autre époque des tarifs pareils.

Imaginez ce rhum dans une bouteille noire maintenant, c’est direct passage par la banque pour hypothéquer son tout nouvel iPhone X (placement de produit Inside, faut bien payer l’hébergement hein)

Conclusion: un tout grand rhum, pas si funky que certains long pond mais très bon et délicat, un must have.

Celui ci est comme souvent avec les sélections d’Hubert, plein de finesse, caractère et élégance et nous fera passer d’agréables moments avec ce rhum haut en couleurs !

Encore un peu de lecture ?

  • Lance parle de son cousin Danois ici
  • TheFatRumPirate parle de cette version ici
  • 31
  •  
  •  
  •