Faire sa bière…

Faire sa bière…

16 novembre 2018 0 By Roger

Etant belge et forcément grand amateur de bières, essayer d’en faire moi même m’est bien entendu passé par la tête un bon nombre de fois.

Plusieurs essais ont été fait avec des potes, dont certains plutôt réussis mais il nous manquait toujours un petit truc… Soit la bière est dégueulasse, soit elle pétille trop, soit elle est plate. A de rares occasions, et sur un malentendu, elle était top.

C’est donc avec beaucoup de motivation que nous décidons d’aller nous former 2 jours chez Novabirra afin de parfaire notre “technique”.

Au menu, 2 journées et 2 nuits de formation et de fiesta… ben oui, la bière c’est ça aussi, un art de vivre !

“Petit” arrêt chez Brussels Beer Project

La première journée est passée à comprendre et sentir les différents ingrédients dont le malt et le houblon. La technique de brassage et le comment du pourquoi on fait tel ou tel chose et surtout pas une autre 🙂 

Le tout agrémenté de quelques dégustations des créations de Novabirra.

Fin de journée, élaboration de notre recette par groupe de 3.

Dans mon cas, étant plutôt aventureux, j’essaie d’imposer quelques idées et propose donc tout naturellement de faire une bière plutôt aromatique.

Jusque là tout le monde est d’accord mais j’ai bien entendu une petite idée derrière la tête… moi mon objectif est de faire une Black IPA de derrière les fagots.

Je glisse donc la possibilité à un des membre de l’équipe de choisir ses houblons aromatiques préférés… puis vient le tour de choisir le malt, comme je n’avais pas encore vraiment donné mon avis, je choisi 5% de malt très torréfié ainsi que du cara et du pilsner de mémoire…

Le but est d’avoir, même avec 5% de malt torréfié, une belle grosse bière noire 🙂 Oui je sais, je suis foireux surtout que l’idée première était de faire une blanche… perso ça m’excitait moyen.

Le lendemain, après une nuit passée au Waterlol festival avec Bigard (oui… je sais 😁), retour à la formation pour brasser notre bière !

Différentes étapes…

Sous l’œil attentif du maître es Brassage, Emanuele, nous suivons les principes appris la veille et arrivons fin de journée avec une bière prête à fermenter en cuve durant un petit mois.

Les différentes étapes étant bien entendu coachées par le boss, nous bénéficions tout au long du processus de son soutien et de ses conseils. 

Le matériel mis a disposition est nickel et donne un très bel aperçu de ce qu’il faut améliorer à l’installation de nos débuts.

Le dry Hopping sera assuré par Emanuele quelques jours avant la fin de fermentation … oui, je ne comptais pas retourner jusque là pour “juste” lancer une chaussette remplie de Houblon dans le brassin 🙂

Avec mes deux potes, on part ensuite dans un délire afin de lui trouver un nom… nous tombons d’abord d’accord sur la pieuvre, en référence à la couleur noire du brassin, pouvant faire penser à de l’encre.

Pour au final changer d’avis durant le trajet de retour, ce sera l’Octhopus, une “abyssal black IPA”

Mon pote graphiste s’occupant de nous pondre un condensé de toutes nos idées loufoques 🙂

ça a de la gueule non ? 🙂

Et 30 jours plus tard, la mise en bouteille à lieu avec ajout d’un sirop et d’une levure spécifique avant l’embouteillage. 2 semaines de garde à température ambiante seront encore nécessaires pour lui apporter de la pétillance entre autre.

Le jus final 🙂

Et nous voici donc arrivé au moment fatidique, la dégustation !

Couleur: noire comme l’ âme du guitariste de mayhem.

Nez: torréfié, malté et plutôt chaud. Plus proche du stout, je ne retrouve pas de traces houblonnées directement.

Un côté pain grillé, trop grillé en fait, pointe le bout de son nez.

Aucune trace surettes, ouf 😁

Avec le temps, de discrètes notes d’agrumes avec le citron et l’orange nous confirment le séjour à froid du houblon. Mais ça reste plutôt discret.

Bouche: houla, y’a a manger là dedans 😀 

C’est une vrai grosse bière d’hiver assez torréfié et avec pas mal de corps. La mousse est crémeuse, la malt bien torréfié et une belle amertume pourra évoquer un beau chocolat noir 80% (voire même 82%)

La mousse est toujours présente, compacte mais il manque encore un peu de pétillant pour le moment. Ce n’est pas un gros problème mais ça aurait été mieux avec 😁 encore un peu de repos au chaud devrait solutionner ça.

L’houblonnage à froid aura plus donné une belle amertume que des parfums floraux ou fruité en fait. Pas ce qui était prévu, mais elle passe très très bien !

Conclusions : très satisfait du boulot, la bière est très bonne et agréable.

J’attendais juste plus de houblon parfumé en bouche, mais bon, rien de bien grave.

Superbe expérience en tous cas avec de belles rencontres et le plein d’informations.

Je recommande vivement si cela devait vous tenter 😉

  • 20
  •  
  •  
  •