The Wild Parrot

Nouvel embouteilleur dans le monde du rhum, The Wild Parrot est le fruit d’une association entre Stefano Cremaschi (the whisky roundabout) et Andrea Ferrari (Hidden Spirit).

En plus de proposer de belles sélections, ces single cask sont agrémentés de superbes œuvres de Giulia Ronchetti en guise d’étiquette.

Hampden, Caroni, Travelers, Uitvlugt, Diamond… Tous ces embouteillages ont été un grand succès pour plusieurs raisons.

Voici une petite interview pour mieux comprendre.

Bonjour Stefano, merci d’avoir accepté cette interview… Pourrais-tu nous expliquer le concept derrière The Wild Parrot. La philosophie ?

Bonjour Roger, merci encore pour cette interview. C’est un plaisir pour moi de parler d’une passion qui est devenue mon métier aujourd’hui.

The Wild Parrot est né d’une idée précise partagée avec Andrea Ferrari. La philosophie était de mettre en bouteille le rhum qui nous plaisait, reflétant pleinement notre style.

Pourquoi le faire avec HiddenSpirits? Ils achètent des fûts de whisky, alors j’imagine que vous avez accès à un meilleur fût de rhum avec cette méthode?

Hidden Spirits, c’est Andrea Ferrari, mon partenaire et ami d’affaires.

Ensemble, nous avons partagé la passion du whisky et j’ai toujours pensé qu’Andrea avait beaucoup de goût et d’élégance pour choisir les meilleurs malts pour sa gamme de whisky.

Je pense qu’ils font partie des offres les plus incroyables des sélections européennes.

Au cours de notre longue collaboration, ma passion et mon amour du rhum, combinés à ses connaissances, nous ont incités à lancer notre nouveau projet exactement 2 ans avant la véritable naissance de The Wild Parrot.

Ce fut une longue période qui nous a permis, à Andrea et à moi-même, de  regarder autour de nous pour trouver les rhums à embouteiller.

Nous voulions trouver des fûts de rhum parfaitement adaptés à notre philosophie. Le travail a été long et compliqué. Nous avions des idées précises de ce que nous voulions.

Nous sommes dans la deuxième année maintenant et nous définissons déjà les versions de 2020. 

Hampden 1998 LMDW

J’aime beaucoup les étiquettes de Giulia, comment l’avez-vous rencontrée? vous n’avez pas peur de perdre sa participation ?

Elle est une partie importante du concept. Giulia est spéciale, nous aimons aussi son travail, c’est une grande artiste.

Nous l’avons rencontré grâce à un ami commun, un autre artiste international: Stefano Ogliari Badessi avec lequel je collabore pour différents événements.

Je suis un passionné d’art et j’aime l’idée basée sur «l’art et le distillat». Avec Giulia, nous avons immédiatement trouvé l’idée de la première série d’étiquettes composée de 10 dessins.

Vous comprendrez donc qu’en 2019, les étiquettes vont changer et que nous aurons une nouvelle série de TWP. (Par Giulia naturellement…)

Peur ? Non, sérieusement, nous avons un très bon contact et un partenariat solide. Si, un jour, nous décidons de ne plus coopérer pour nos étiquettes, ce sera une décision commune qui ne modifiera pas l’estime que nous avons l’un pour l’autre.

Je vais d’ailleurs vous raconter une anecdote. Je parlais avec Giulia lors d’une réunion de travail, et nous avons découvert au file de la discussion que nos pères étaient en fait amis depuis l’école quand ils étaient enfants…

Je pense que les choses ne se passent jamais par hasard dans la vie….

Petites questions sur vos bouteilles…. pourquoi deux Caroni en même temps et pas un? Quels sont les marks derrières tes deux demerara et pourquoi avoir fait des partenariats avec lmdw et sansibar?

Les deux Caroni étaient un gros craquage pour nous. Nous voulions les acheter immédiatement et nous avons ensuite décider de les embouteiller au même moment. Je pense qu’il sera difficile à l’avenir d’avoir une nouvelle sélection de «jumeaux» par TWP.

Deux fûts de la même année avec des profils si différents et à la fois qui nous ont tellement plu. Une grande opportunité que nous ne voulions pas rater. Nous avons donc décidé avec Giulia de créer l’étiquette divisée sur les deux bouteilles, mais de distinguer les deux versions avec les couleurs Rouge et Blanc. Aujourd’hui, le marché regorge de fûts Caroni mûris en vieillissement continental, le choix était de 100% sur ces deux fûts de 1998.

Le fût d’Uitvlugt a sa propre histoire. Il ne restait que la moitié du fût après vieillissement et il provient d’un stock privé. Nous n’avons reçu aucune information supplémentaire sur la marque, l’alambic ou la colonne.
Nous avons aimé le rhum et nous avons décidé de l’acheter, simplement.

Le diamond 2003 TWP

Pour le fût de diamond c’est pareil, nous ne connaissons pas la mark.

La mise en bouteille commune avec Sansibar, comme auparavant avec LMDW, a été réalisée pour permettre à nos importateurs de bénéficier d’une certaine exclusivité sur les marchés intérieurs de leurs pays.

Nous ferons une nouvelle collaboration probablement à l’avenir. (Belgique ? 🙂 )

Pour le moment, nous n’avons pas de nouvelle mise en bouteille conjointe ou exclusive dans nos versions.

Pour l’instant, il n’y a «que» le vieillissement continental. Pourriez-vous acheter directement par l’intermédiaire de certaines distilleries afin de proposer le vieillissement tropical?

Pour le moment, nous n’avons embouteillé que des rhums à vieillissement continentaux effectivement.

Pour l’Uitvlugt, nous avons commencé à l’écrire sur l’étiquette pour que tout soit clair.

Au cours de l’histoire des embouteilleurs indépendants, de superbes rhums ont été produits uniquement lors du vieillissement continental. Dans ma collection personnelle, j’ai un bon nombre de rhums continentaux jamaïcains, mais également Demerara et d’autres pays.

Actuelement, nous avons également sur le marché des rhums tropicaux vraiment fantastiques qui sont de nos jours les plus populaires.

Aujourd’hui, nous sommes presque prêts avec notre première sélection tropicale

L’idée pour l’avenir est sûrement de collaborer directement avec les distilleries … autant que possible, il faut juste anticiper tout le travail que cela comporte.

Quelle est pour vous la meilleure mise en bouteilles que vous avez faite pour le moment et pourquoi?

Nous aimons tout nos rhums. Ce n’est pas une réponse rhétorique ou un moyen d’échapper à un commentaire, nous aimons vraiment chacune de nos bouteilles et personnellement, j’en ai une de chaque ouverte à la maison.

Mais si je dois choisir un type de rhum, mon préféré est le style jamaïcain.

Les fameux Caroni 1998

Quelles sont les prochaines cibles pour les versions futures? Rhums agricoles de Guadeloupe ou de Martinique?

Comme je vous l’ai déjà dit, rien n’est exclu. Dans les mois à venir, il y aura des nouvelles importantes pour TWP.

Il est clair que certaines distilleries et certains rhums ne sont pas accessibles pour nous maintenant. Nous sommes une petite entreprise et nous devons travailler durement.

Mais rêver ne coûte rien …… 

Comme vous le savez, il y a beaucoup de spéculations sur vos bouteilles, que pensez-vous de cela?

La spéculation fait partie de ce monde comme dans le vin avec lequel je dois faire face tous les jours dans ma boutique. Notre mission est d’essayer d’obtenir le prix juste sur le marché avec nos importateurs et nos collègues en Europe.

Pour le reste, le marché secondaire ne nous regarde pas.

La même chose s’applique au marché des réseaux sociaux (vrai ou faux). Nous travaillons sur le vrai marché de professionnels.

Comme vous pouvez le constater, le rhum fait actuellement fureur dans le monde des spiritueux. Comment voyez-vous les cinq prochaines années?

Je travaille dans ce monde et je vois chaque jour de nouvelles versions et différents types de bouteilles.

Je ne pense pas que nous ayons trop de rhum ou trop d’embouteilleurs. Je suis pour le marché ouvert et je pense que c’est bien qu’il y ait beaucoup de nouveaux embouteillages et de nouveaux concurrents dans notre secteur.

Les 5 prochaines années ? Je les vois avec une augmentation de clients spécialisés et avec les distilleries qui veulent une production de plus en plus contrôlée et de haute qualité.

De nombreux pays producteurs de rhum s’efforcent de préserver leur typicité et la plupart d’entre eux ont pour objectif de ne pas vendre davantage de stocks pouvant être utilisés par les embouteilleurs indépendants, comme dans le monde du whisky il y a quelques années.

Je suis clairement une petite partie de cette grande entreprise mais en tant que pur amateur de rhum, je trouve cela triste. Les IB sont animés par la passion, l’inspiration fantastique et un grand professionnalisme.

Plusieurs fois dans l’histoire du Rhum, l’IB était la fortune de certaines distilleries. Que les entreprises aient oublié trop tôt pour être «reconnaissantes» (passez-moi le terme) une fois la notoriété réalisée est dommage.

Un dernier mot?

Pour clore l’entretien, mes derniers mots seront pour mon nouveau projet.

Dans quelques jours, je ferai l’inauguration de mon académie.

Le but est la culture, faire venir nos amis spécialistes et aussi journalistes ensemble avec mes clients.

Les fusionner et créer une «culture de la consommation» sera une grande expérience, je pense.

Ciao Roger!

Merci beaucoup

  • 32
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *